ConnexionS'enregistrerAccueilPortailRechercherCalendrierFAQMembresGroupesGalerie
Derniers sujets
» Ce que tu écoutes en ce moment...
par Dominique D Mar 28 Mar 2017 - 16:01

» Le Grand Orchestre du Tricorne
par Dominique D Mer 11 Jan 2012 - 11:07

» Skip The Use
par Dominique D Mer 21 Déc 2011 - 10:00

» Flying Pooh
par Dominique D Mer 19 Oct 2011 - 6:18

» ALLAIN LEPREST
par chantal Sam 20 Aoû 2011 - 15:01

» Message pour tous
par Mimi Dim 29 Mai 2011 - 23:33

» The Strokes
par Mimi Mar 10 Mai 2011 - 1:19

» Louis Ville
par anfantin Sam 9 Avr 2011 - 22:40

» Sanseverino
par Mimi Ven 8 Avr 2011 - 0:10

» Courir les Rues
par Swinging Sam 26 Mar 2011 - 10:55

» Anglo Dinelo
par Mimi Ven 25 Mar 2011 - 6:46

» Genesis
par Mimi Dim 20 Mar 2011 - 23:48

Voir mes statistiques SG
*
Cliquez sur le logo SG pour consulter les statistiques du forum

Partagez | 
 

 Sapho chante léo Ferré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Sapho chante léo Ferré   Lun 14 Mai 2007 - 22:14

Sapho "Féréré Flamenco" son album.
Elle chante Léo Ferré, sur une musique Flamenco.
C'est le genre de spectacle que j'aimerais bien aller voir...

http://www.sapho.org/





Issue d'une famille juive, Sapho passe son enfance au Maroc qu'elle quitte à l'âge de 16 ans. Elle déménage avec ses parents à Lyon, puis dans un pensionnat suisse. A sa majorité, Sapho monte à Paris, où elle s'inscrit en fac de lettres, et y découvre le quartier mythique de Saint-Germain-des-Prés. Elle se découvre une passion pour le théâtre et suit pendant un temps les cours d'Antoine Vitez. L'un de ses amis, Hervé Cristiani, la pousse à auditionner au Petit Conservatoire de Mireille, figure légendaire de la chanson française. Ayant définitivement arrêté le théâtre, elle prend le pseudonyme de Sapho, en référence à la poétesse grecque, et entame sa tournée des maisons de disques dans l'espoir de se faire remarquer. Coup de chance, en 1977, elle signe un premier album chez RCA intitulé 'Le Balayeur du Rex'. Après quelques expériences scéniques, elle part à New York dans le but d'écrire des articles pour le magazine Actuel et fait la rencontre de plusieurs musiciens. A Londres, elle enregistre 'Janis', album influencé par le rock américain des années 1960, des Doors à janis Joplin. Les années 1980 sont très prolifiques : paraissent tour à tour 'Le Paris stupide' (1981) , 'Passage d'enfer (1982) et 'Barbarie' (1983) , albums courageux qui dénoncent le racisme et le machisme. Toujours partante pour de nouveaux défis, Sapho écrit également des romans, se produit au théâtre dans 'Les Monologues du VagiN' et revisite en musique les grands poètes français : Aragon, Rimbaud, Verlaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Sapho chante léo Ferré   Mar 15 Mai 2007 - 17:17



Quelques extraits de l'album "Sapho chante Ferré" : ICI

Perso... je n'aime pas trop... ! Wink cette musique ne me parle pas vraiment... indecis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie
**
avatar

Nombre de messages : 2466
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Sapho chante léo Ferré   Mar 15 Mai 2007 - 17:54

Voilà encore quelqu'un dont je n'avais jamais entendu parler...c'est pas trop ma tasse de thé non plus mais merci pour les liens... cool

marie-Claude

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/marieclaude53
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Sapho chante léo Ferré   Mar 15 Mai 2007 - 20:01

http://www.dailymotion.com/relevance/search/sapho/video/x1gm7a_sapho-chante-ferre

J'adore ses interprétations, elles sont toujours poussées dans ses plus intimes extrêmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Sapho chante léo Ferré   Mar 15 Mai 2007 - 21:57

J'abuse de la gentiane ce soir cat ...heureusement qu'il en restait un fond!

Je crois que j'aurais du mal à écouter toute une soirée ...c'est trop grave...

J'avais entendu le nom de Sapho mais pas retenu...maintenant, je sais pourquoi...


merci de nous en avoir parlé, Cicise shaking






Purée, c'est fort la gentiane!compress

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie57
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 321
Localisation : Près d'une note de musique...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: Sapho chante léo Ferré   Mar 5 Juin 2007 - 18:32

wavey A tout le monde!

Je ne connais pas assez Sapho…

Ah ! Léo Ferré !… Un monde à part, pas toujours facile à saisir, à aimer…Mais Léo et la musique c’est une grande histoire d’amour. Quand il était petit il dirigeait des orchestres imaginaires sur les remparts à Monaco. Sa première rencontre avec Beethoven, il l’a raconté bien souvent et écrit dans son roman " Benoit Misère "

1925

A neuf ans, il devient pour huit longues années, pensionnaire du collège Saint-Charles de Bordighera, chez les frères des écoles chrétiennes, il y fera le dur apprentissage de la solitude et de l¹oppression.

1926

Léo Ferré a dix ans lorsqu¹il fait la rencontre de Beethoven par "Cinquième" interposée. Dès cet instant, il ne vivra plus que par et pour la musique.

1927

Léo Ferré a 11 ans, la légende (?) situe cette année-là sa première mélodie sur un poème de Paul Verlaine "Soleils couchants".

1930

Léo Ferré a 14 ans lorsqu'il compose le " Kyrie" d'une Messe à trois voix.

Extrait de " Benoît Misère " :
" …Ma mère venait me voir un jeudi sur deux, ce qui ne fait pas lourd quand on se trouve en Chine... Ses arrivées discrètes, avec ses petits pas de moineau déguisé en femme m'emplissaient de béatitude. Je la buvais, depuis ses souliers à barrettes jusqu'à ses cheveux peignés à la sauvette. O Maman si tu savais ce que tu représentais pour moi ces jours illuminés ! Tes silhouettes que je multipliais à tout vent, comme un psaume d'amour à crever les oreilles au sonneur de cloches le plus lyrique, tes silhouettes peintes sur tous les murs des longs corridors stériles, à travers l'hostie du prêtre aussi, quand il la lève et que toutes les têtes se baissent, et que j'y regardais en transparence et que je n'y voyais que toi qui allais venir tout à l'heure m'apporter du beurre, des biscuits LU et des confitures ...
Je savais que j'allais devenir ton petit pendant deux heures ou trois, je ne me souviens plus, je ne comptais pas par heures mais par minutes, et le temps, cette canaille des hommes, c'était lui, mon assassin.
Tu ne me posais pas de question sur le travail, tu t'en foutais, tu m'amenais discutailler de la maison dans cette petite crémerie, toujours la même, juste avant d'arriver à ce carrefour un peu triste et qui pourtant m'enveloppait d'amour, avec sa petite boutique où quelqu'un, toujours, joua du piano quand j'y passais mon ombre....
Un de ces jeudis rituels j'ai rencontré une femme dont la beauté depuis n'a cessé de me confondre. Tu ne t'en es pas aperçue... C'était dans la crémerie, tu me parlais, je suçais mon chocolat brûlant comme mon âme, je me suis laissé devant toi, avec mon corps, mes habits, mon petit nom inscrit dans ta poitrine, pour ne pas me perdre tout à fait, et je suis parti loin, avec cette femme qui venait d'entrer dans ma vie.... Tu parlais à un fantôme, ce jeudi-là, ma pauvre maman...
Et voilà des années et des années que tu parles à un fantôme, comme dans cette crémerie adorée où tu m'as perdu pour la deuxième fois de ta vie, sans qu'on ait à couper le cordon, parce que l'homme ne servait plus le même chocolat avec la bonne crème soufflée dedans, parce qu'il s'appelait Ludwig Van Beethoven, avec une cinquième Symphonie, parce que d'un trou électrique posé sur une table m'arrivait un océan de bien-être, avec une traîne qui n'en a jamais fini de se traîner orgueilleusement, et qu'en remontant cette traîne j'y ai vu la Musique, et parce que, depuis je m'y traîne et m'y damne ! O Ma Très extraordinaire Lyrique Dame, venez ! Nous n'avons rien à faire ici. Les mamans qui font les poètes font aussi les garçons de café, et les voyageurs de commerce, et les dentistes, et les cordonniers, et les philatélistes, et les assassins inintelligents, et tout le bottin des métiers, et tous les retraités.... Pitié, Pitié, Pitié, Pitié !
Adieu, mon petit ! me criait maman depuis le tramway qui me l'emmenait loin, loin, loin ...

Je rentrais en classe. Les autres étaient déjà retournés de la promenade. On avait mis ma michette de pain sur mon bureau -un saint-bernard, sans doute-, le pain de ma solitude. J'avais les yeux trempés de beauté.
C'est beau, d'être un artiste !… "

http://www.dailymotion.com/relevance/search/l%C3%A9o%2Bferr%C3%A9/video/x1hwpw_leo-ferre-poete-musicien

…J’avais quinze, seize ans, je découvrais ses textes : parfois et souvent de révolte ? Alors, ce soir j’aimerais partir en dissidence avec l’Artiste.Wink

Ecoutez-le sur le texte condensé de la préface "Poète... vos papiers!", écrite par Ferré en 1956 enregistré en 1971 :

http://egophelia.free.fr/pouvoir/preface.htm

Pour la petite histoire…Cette véritable profession de foi du poète est aussi une prise de position contre l'écriture automatique des Surréalistes… L’ami André Breton, mécontent, conteste cette vision de la poésie et refuse finalement d'écrire la préface de son livre. Les ponts sont rompus et la fâcherie dure jusqu'en 1966, date de la mort de Breton…

Marie-Jo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swinging
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2013
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Sapho chante léo Ferré   Mer 6 Juin 2007 - 16:45

Marie57 a écrit:
Pour la petite histoire…Cette véritable profession de foi du poète est aussi une prise de position contre l'écriture automatique des Surréalistes… L’ami André Breton, mécontent, conteste cette vision de la poésie et refuse finalement d'écrire la préface de son livre. Les ponts sont rompus et la fâcherie dure jusqu'en 1966, date de la mort de Breton…
Marie-Jo
j'adore cette phrase, donc après ils se sont réconci liés rasleb , maintenant c'est fait sans doute.
Ferré et moi, c'est un peu tumultueux, j'aimais un disque de la discothèque familiale avec tous ses classiques jolie mômes le maudit blues avec le temps etc... et j'ai profité de sa venur près de chez moi dans un spectacle en plein air pour investir l'équivent de presque une journée de mes premiers salaires de centre aéré. horreur, nous avons eu droit à un Léo dans un état pas très net, chantant et s'accompagnant au piano avec une bande orchestre, et quand je dis s'accompagnant je suis gentil, il plaquait plutôt des accords au hasard et vomissait ses chansons à message (interminables) et pour finir, il a partiellement engueulé le public qui manifestait son enthousiasme en entendant l'intro de "avec le temps"....
je préfère en rester à ce vieux disque sinon il m'agace, comme tous les chanteurs qui veulent trop faire de messages, il y a la poste et les mails pour ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swinging.blog4ever.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sapho chante léo Ferré   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sapho chante léo Ferré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HFT Chante Ferré... Et La ruelle des morts.
» Shahrukh chante
» Voie ferrée des Japonais
» La vie d'artiste (Léo Ferré)
» Je chante pour passer le temps (Philippe Léotard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Diem :: Musique :: Chanteurs à texte-
Sauter vers: