ConnexionS'enregistrerAccueilPortailRechercherCalendrierFAQMembresGroupesGalerie
Derniers sujets
» Ce que tu écoutes en ce moment...
par Dominique D Mar 28 Mar 2017 - 16:01

» Le Grand Orchestre du Tricorne
par Dominique D Mer 11 Jan 2012 - 11:07

» Skip The Use
par Dominique D Mer 21 Déc 2011 - 10:00

» Flying Pooh
par Dominique D Mer 19 Oct 2011 - 6:18

» ALLAIN LEPREST
par chantal Sam 20 Aoû 2011 - 15:01

» Message pour tous
par Mimi Dim 29 Mai 2011 - 23:33

» The Strokes
par Mimi Mar 10 Mai 2011 - 1:19

» Louis Ville
par anfantin Sam 9 Avr 2011 - 22:40

» Sanseverino
par Mimi Ven 8 Avr 2011 - 0:10

» Courir les Rues
par Swinging Sam 26 Mar 2011 - 10:55

» Anglo Dinelo
par Mimi Ven 25 Mar 2011 - 6:46

» Genesis
par Mimi Dim 20 Mar 2011 - 23:48

Voir mes statistiques SG
*
Cliquez sur le logo SG pour consulter les statistiques du forum

Partagez | 
 

 Grand Corps Malade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Grand Corps Malade   Jeu 1 Mai 2008 - 10:21

Voilà, je voulais commencer ce post avec cette chanson tout en douceur...pour un 1er Mai au ciel incertain...





Quatre saisons

Extrait de son deuxième album "Enfant de la ville"

A l’arrivée du mois de décembre, j’ai bien regardé la hauteur du ciel descendre et l’hiver arriver
J’était presque content de le voir en l’observant se déployer, j’ai mis une veste au dessus de ma veste, pour pas trop cailler
J’ai vu la nuit qui tombait tôt et les gens qui marchaient plus vite
J’ai vu la chaleur des bistrots avec de la buée sur les vitres
La dessus la nature est fidèle
J’ai vu le jour se lever tard, j’ai vu les guirlandes de Noël qui m’ foutent le cafard
J’ai aimé avoir les mains gelées pour les mettre au fond de mes poches
J’ai adoré marcher dehors quand tu sais que la maison est proche
J’ai souri bêtement en voyant qu’y avait plus de fleurs sur les balcons
J’ai regardé le ciel tout blanc, y’avait même des flocons
Certains matins j’ai vu que le givre avait squatté derrière les fenêtres
J’ai vu les gens revenir du ski avec la marque des lunettes
J’commençais juste à m’y habituer mais les jours ont rallongé et j’ai compris que le printemps allait emménagé
Le mois de mars avait tracé en un battement de cils et on m’a dit qu’en avril faut pas s’ découvrir d’un fil
Mais moi j’ai peur de rien alors malgré les dictons vieillots , j’ai enlevé une de mes deux vestes pour pas avoir trop chaud
J’ai vu les arbres avoir des feuilles et les filles changer de godasses
J’ai vu les bistrots ouvrir plus tard avec des tables en terrasse
Y’ avait plein de couples qui s’embrassaient, c’est les hormones, ça réagit
C’est la saison des amours et la saisons des allergies
C’est vrai qu’ j’ai eu le nez qui coule et j’ me suis frotté les yeux
Mais j’ai aimé la chair de poule pendant un coup de vent affectueux
Sur les balcons ça bourgeonnait, j’ai ri bêtement à cette vision
J’ai regardé le ciel bleu pâle, y ‘avait même des avions
Ma factrice a ressorti le vélo, j’étais content pour elle,
Content aussi pour le daron qui aime le retour de hirondelles
J’ commençais juste à m’y habituer mais l’ thermomètre a augmenté
J’ai compris c’ qui nous pendait au nez, c’était l’été
Au mois de juin on change de teint , fini d’être albinos
C’est la période des examens, et puis celle de Roland Garros
Ça sent les vacances à plein nez il va être l’heure de se tire
Et j’ai enlevé ma dernière veste pour pas transpirer
J’ai vu qu’il faisait encore jour même après le début du film
Pour ceux qui ont des poignées d’amour il est trop tard pour le régime
Les mecs sont assez excités et ça les préoccupe que les filles sortent leur décolleté et leur mini jupe
J’ai aimé rechercher l’ombre quand y’ avait trop de soleil
J’ai aimé dormir sans la couette pour rafraîchir le sommeil
Sur les balcons c’était la jungle y’ avait plein de fleurs et plein de feuillage
J’ai regardé le ciel tout bleu, y’ avait même pas de nuage
J’ai adoré conduire la nuit, la vitre ouverte en grand avec le bras gauche de sorti qui fait un bras de fer contre le vent
J’ commençais juste à m’y habituer mais j’ai vu une fleur fanée et j’ai compris que l’automne était déterminé
C’est surtout à partir d’octobre qu’ c’est la saison la plus austère,
Moi bizarrement je la trouve noble , c’est celle qui a le plus de caractère
J’ai vu des feuilles qui tournoyaient comme des ballons de baudruche
J’ai remis une de mes vestes ,avec une capuche
J’ai vu la pluie, j’ai vu le vent et un rayon de soleil malade
J’ai vu les K-way des enfants qui partent aux châtaignes en balade
J’ai marché dans les feuilles mortes et sur les trottoirs mouillés
J’ai vu les parcs changer de couleur, ils étaient tout rouillé
J’ai aimé les lumières de la ville qui se reflètent dans les flaques et
les p’tites bourrasques de vent qui mettent les brushings en vrac
Sur les balcons y’ avait que des branches, sans feuilles et sans raison
J’ai regardé le ciel tout gris, y’ avait même plus d’horizon
Puis l’hiver est revenu et les saisons se sont perpétuées
Les années passent la vie aussi, on commençait juste à s’y habituer
On est les témoins impuissants du temps qui trace, du temps qui veut que les enfants deviennent des grands
Et que les grands deviennent des vieux


Fabien Marsaud, plus connu sous le nom de Grand Corps Malade, a 30 ans. Il découvre le Slam aux débuts des années 2000 et commence à le pratiquer dans des petits bars parisiens...il sera le premier à le rendre populaire en France, suivi de près par Abd Al Malik et d'autres...

Après un Bac Littéraire, il voulait devenir enseignant ( prof de gym) mais un stupide accident en décidera autrement... ce sont finalement ses paroles qu'on enseigne aujourd'hui...il est du 93, comme on dit, plus précisément de Saint Denis dont il a fait une chanson qui se trouve dans son premier album Midi 20 , sorti en 2006...il en récoltera deux récompenses aux Victoires de la Musique et fera une tournée de 120 dates en 2007




C'est un jeune de banlieue qui n'anime pas de haine. Poétiques, réalistes, parfois pleins d'humour, ses textes sont accompagnés d'une musique douce, un peu en retrait pour mieux faire passer le texte, elle est composée par S Petit Nico (entre autres)...Voix extrêmement grave, le personnage est discret , tendre, émouvant, fort sympathique en ITW...pas de show démesuré ou de paroles lâchées en l'air...un personnage qui me correspond bien...il dit modestement ne pas lire beaucoup...l'écriture est naturelle et lui vient davantage de la chanson...

Il forme "Le cercle de poètes des Intrus", création de poésie urbaine avec sept slameurs, anime avec "Flow d'encre" qu'il a fondé, un atelier d'écriture/slam dans les municipalités, les centres sociaux, les établissements scolaires...il anime aussi des ateliers slam à la "Maison des Ados" de Bobigny...

...et puis si vous voulez tout savoir, cliquez ICI

L'album Enfant de la ville est sorti depuis quelques semaines, j'aime l'écouter tranquilement...il apporte de la sérénité et le sourire au coin des lèvres...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-claire
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 223
Localisation : dans le monde, quelque part
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Jeu 1 Mai 2008 - 20:06

Tu as raison, je file acheter le deuxième, c'est beau ce qu'il écrit puis il a une voix formidable... ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Ven 2 Mai 2008 - 19:42

Nostalgie de l'innocence...



Rétroviseur

J’ai le souvenir tenace, et la mémoire tonique.
De ces temps pas si lointains, de cette époque magiqueJ’sais pas si c’est normal, on peut trouver ça tragique
Putain j’ai pas 30 ans, et je suis déjà nostalgique.
Nostalgique de cette enfance, un monde casse-cou pas trop casse-couilles
Nostalgique ce cette innocence, un début d’vie sans grosse embrouille
A l’école j’avais d’bonnes notes, mais on peut pas dire qu’jétais très sageInsolent avec les profs, le corps enseignant avait la rage.
C’est vrai qu’jdevais être relou, mais mon attention était réduite.
Et j’osais pas rentrer chez moi, les jours d’avertissement d’conduite.
Avec mes potes on s’cachait dans les chiottes, pour rapper sur un magnéto
On faisait un beat en tapant sur des portes, on était vraiment des mytho
A la cantine c’était pas un repas, c’était carrément un carnage,
Ca gueulait, ça s’insultait, et on s’battait à coups de fromage.
Putain j’envie cette vie ravie que j’revis d’temps en temps.
Quand jme laisse aller, que j’matte dans le rétroviseur du temps…
Et ça y’est jme r’vois déjà dans l’bus qui part en colo
Avec tous mes paquots, avec des types go et mon gros sac à dos
Jsais pas comment on a fait pour passer tant de temps à rire,
Y’a peut-être aussi qu’à cette époque, c’est vrai je pouvais courir.
Mais t’inquiète je suis pas là pour pleurer, juste revivre avec vous,
La joie des premiers re-soi, l’émotion des premiers rendez vous.
D’ailleurs ça m’rappelle cette meuf, jcrois qu’elle s’appelait Gaëlle
C’était en rentrant d’une teuf, j’lui dois mon premier roulage de pèle.
J’revois aussi ces parties de foot, où on jouait pendant des heures
On rentrait chez nous que quand il faisait nuit et ça j’te jure c’était le bonheur.
C’était les années où dans mon walkman, y’avait tout le temps authentique.
Premier album des NTM dont j’étais vraiment fanatique.
C’est vrai que j’ai le souvenir tenace, la mémoire tonique
De ces temps pas si lointains, de cette époque magique
J’sais pas si c’est normal, on peut trouver ça tragique
Putain j’ai pas 30 ans, et je suis déjà nostalgique.
Nostalgique de cette adolescence,Des années consacrées au sport.
Nostalgique de cette ambiance, plus on est fou plus on est fort.
Avec mon équipe de basket, on allait monter en Nationale,
et on a perdu le titre lors d’une énième bagarre générale.
Jordan était notre idole, notre modèle, notre moteur.
Et on travaillait notre détente pour défier les lois de la pesanteur
C’est génial ces petits détails auxquels j’repense avec envie,
Ces p’tits bouts d’innocence qui m’sourient dans l’rétroviseur de la vie.
C’est vrai qu’jétais sportif, et plein d’fois j’ai prouvé ma valeur car jme suis fait jamais serré quand jme faisais courser par les contrôleurs.
Cette époque j’passais la moitié d’ma vie dans les transports et les jours de grève, croyez moi ça aussi c’était du sport.
J’étais pas trop bagarreur, sauf quand j’savais qu’jallais gagner.
Contre un ptit vieux, ou une ptite sœur ; peu de chance de m’faire aligner.
La belle époque des p’tites magouilles, des crises de rire toute la journée.
J’ai des souvenirs par packs de 12, construits au fil des années
C’est un truc de fou, toutes ces images qui reviennent en force
Et qui font que tu n’y peux rien, ton cœur se serre au fond d’ton torse.
Y’a des trucs qui m’manquent, que j’retrouverais pas, c’est sûr
Car on les vit que quand on est inconscients innocents et purs.
Y’a des moments un peu sombres, des journées sans lumière,
Où j’me dis que le meilleur est peut-être déjà derrière.
Pourtant je suis bien dans mes pompes et j’ai confiance en l’avenir.
Y’a quelque chose que je dois avouer, que je suis obligé d’vous dire j’ai le souvenir tenace, la mémoire tonique
De ces temps pas si lointains, de cette époque magique
J’sais pas si c’est normal, on peut trouver ça tragique
Putain j’ai pas 30 ans, et je suis déjà nostalgique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Lun 19 Mai 2008 - 14:43

Toujours du même album...une déclaration d'amour!




Comme une évidence

En fait, ça fait un moment que se croisent dans ma tête
Des mots et des douceurs qui pourraient faire un texte
Un truc un peu différent, je crois que ça parlerait d'elle
Faut avouer que dans mon quotidien, elle a mis un beau bordel

Mais j'ai un gros souci, j'ai peur que mes potes se marrent
Qu'ils me disent que je m'affiche, qu'ils me traitent de canard
C'est cette pudeur misogyne, croire que la fierté part en fumée
Quand t'ouvres un peu ton coeur, mais moi cette fois je veux assumer

J'ai un autre problème, il est peut-être encore plus lourd
C'est que t'as pas droit à l'erreur quand t'écris un texte d'amour
Moi, les trois prochains couplets, je voudraient que ça soit des bombes
Si j'écris un texte sur elle, je voudrais que ça soit le plus beau du monde

Elle mérite pas un texte moyen, j'ai la pression, ça craint
Fini de faire l'intéressant, avec mes voyages en train
Là c'est loin d'être évident, moi je sais pas comment on fait
Pour décrire ses sentiments, quand on vit avec une fée

Il faut avouer qu'elle a des yeux, ils sont même pas homologués
Des fois ils sont verts, des fois jaunes, je crois même que la nuit ils sont violets
Quand je m'enfonce dans son regard, je perds le la je n'touche plus le sol
Je me perds profondément, et j'oublie exprès ma boussole

Depuis que je la connais, je ressens des trucs hallucinants
Je me dis souvent que j'ai eu de la chance de lui avoir plu, sinon
J'aurais jamai su qu'un rire pouvait arrêter la Terre de tourner
J'aurais jamais su qu'un regard pouvait habiller mes journées

Je comprends pas tout ce qui se passe, y a pleins de trucs incohérents
Depuis qu'elle est là rien n'a changé, mais tout est différent
Elle m'apporte trop de désordre, et tellement de stabilité
Ce que je préfère c'est sa force, mais le mieux c'est sa fragilité

Ce n'est pas un texte de plus, ce n'est pas juste un poème
Parfois elle aime mes mots, mais cette fois c'est elle que mes mots aiment
Je l'ai dans la tête comme une mélodie, alors mes envies dansent
Dans notre histoire rien n'est écrit, mais tout sonne comme une évidence

J'ai redécouvert comme ça réchauffe d'avoir des sentiments
Mais si tu me dis que c'est beaucoup mieux de vivre sans, tu mens
Alors je les mets en mots et tant pis si mes potes me chambrent
Moi je m'en fous, chez moi y a une sirène qui dort dns ma chambre

J'avais une vie de chat sauvage, elle l'a réduite en cendres
J'ai découvert un bonheur tout simple, c'est juste qu'on aime être ensemble
On ne calcule pas les démons du passé, on n'a pas peur d'eux
Moi si un jour j'suis un couple, je voudrais être nous deux

Y a des sourires et des soupires, y a des fou rires à en mourir
On peut s'ouvrir et s'en rougir, déjà se nourrir de nos souvenirs
Les pièges de l'avenir nous attendent, mais on n'a pas peur d'eux
Moi si un jour j'suis un couple, je voudrais être nous deux

Et si c'est vrai que les mots sont la voix de l'émotion
Les miens prennent la parole pour nous montrer sa direction
J'ai quitté le quai pour un train spécial, un TGV palace
On roule à 1000km/h, au dessus de la mer, en première classe

Et si c'est vrai que les mots sont la voix de l'émotion
Les miens prennent la parole pour nous montrer sa direction
J'ai quitté le quai pour un train spécial, un TGV palace
On roule à 1000km/h, au dessus de la mer, en première classe

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bernadette
Membre actif
Membre actif


Nombre de messages : 112
Date d'inscription : 08/12/2006

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Lun 19 Mai 2008 - 22:31

J'ai découvert cet album cet aprés-midi aprés avoir vu l'émission de Drucker Samedi. J'aime beaucoup les "quatre saisons" et j'ai déjà recopié les paroles sur un cahier personnel mais j'aime tout le reste. J'aimais déjà son précédent album. Quelle voix! Et que de beaux textes! J'avais décidé de vous en parler ce soir mais le sujet était déjà ouvert. Sûrement, l'un des meilleurs albums du moment avec Cabrel et Raphael .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swinging
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2013
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Mar 20 Mai 2008 - 0:04

entendu samedi après midi en allant à un concert, c'était sur EUrope, ça doit se podcaster un entretien, je l'ai rtouvé très intéressant, j'aime bien lire se textes, mais le slam avec la musique d'ascenseur derrière j'ai un peu de mal, avec les intonations banlieue aussi.

_________________
le bonheur c'est d'arriver à désirer ce qu'on a déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swinging.blog4ever.com
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Mar 20 Mai 2008 - 0:20

j'ai un peu de mal aussi...
Je suis désolée, mais c'est ce lancinant qui me bloque sur GCM...
On peut ête conteur et plus vivant, mettre un texte en musique mais avec une musique qui le fait vivre...
Alors m'intéresser à tous les messages que transmet GCM avec une musique aussi lancinante
J'accroche pas...
Pourquoi ce grand artiste ne fait pas tout simplement métier dans la littérature...
Pourquoi vouloir faire de ce qu'il maitrise le mieux, cad conter, carrière dans la chanson... ???
Bref ! je fatigue, j'oublie qu'aujourd'ui, tout est permis...
après les minets boys band... le rap, nous voila au slam... avec un GCM...
la musique a du mourron à se faire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swinging
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2013
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Mar 20 Mai 2008 - 0:59

je crois qu'ils ne se placent carément pas dans la musique, plus une sorte de diseur ou de griot, la musique est assez interchangeable, ces textes m'intéressent à la lecture mais pas en écoute. faut être tolérant, il y a bien des gens qui essaient de faire croire que les Strokes font des textes ET de la musique monkey Wink
je reconnais aux deux la qualité d'être créatifs, après...

_________________
le bonheur c'est d'arriver à désirer ce qu'on a déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swinging.blog4ever.com
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Mar 20 Mai 2008 - 1:09

enfoiré...
Il suit le bougre...
et comme il est tard, je ne rebondis pas sur un sujet que tu "critiques"... j'accepte... Wink
grrr... partie remise...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Mar 20 Mai 2008 - 16:05

Pères et mères



Voilà, pas de musique! Rien que du texte!...

mimi a écrit:
Pourquoi ce grand artiste ne fait pas tout simplement métier dans la littérature...

Rolling Eyes

GCM fait du slam...le slam, c'est du "parlé" sur de la musique...ses textes racontent la vie d'aujourd'hui (celle des cités, celle de ceux qui se battent, l'amitié, l'amour,... ), il s'adresse aux jeunes principalement- mais pas seulement- il les invite à aimer les mots et la langue, indépendamment du livre...il "écrit à l'oral"-c'est une de ses chansons d'ailleurs-...c'est une forme de transmission...


Une petite perle!! Après la déclaration....

[center]

L'appartement

J'voudrais vous parler d'un endroit remarquable,
Absolument épatant,
Un lieu extraordinaire
Qui existe depuis longtemps,
On le trouve un peut partout
Mais il referme bien de mystères,
Ce lieu mystique s'appelle : L'appartement de célibataire

Le célibataire masculin
C’est quand même celui
Que je connais le mieux,
C'est toujours un peut le même
Qu’il soit jeune ou qu'il soit vieux.
Je sais de quoi je parle
Suivez moi vous êtes sous bonne escorte.
L'appartement est la, Il suffit d'ouvrir la porte.
Se que l'on remarque tout de suite
Sans être un enquêteur,
C’est que le sol mériterait un
Bon coups d'aspirateur.

C’est pas vraiment que c'est
Sale mais faut avouer que sous
Nos pieds, quand on marche
On a l'impression d'avancer sur du gravier.

Un autre truc flagrant même si le mec
Habit la depuis deux ans, c'est qu'on croit
Toujours qu'il vient de
Faire son déménagement
Y a pas de rideaux au fenêtres et
Je crois qu'il faut admettre
Que la décoration c'est pas sa passion.
Le célibataire est fière de ses meubles.

Et pourtant tout se qu'il y a, c'est un
Pauvre canapé clic-clac et une table basse IKEA
C'est souvent sur cette table que
le courrier attend bien sage,
A coté d'une canette et
D’un bout de pizza 4 fromages
Bienvenue dans la cuisine,
voici l'évier, il est ni quel.
Ouais bon la on le voit pas bien
il est sous la pile de vaisselle !
" jmen fou jla frais dmain ! "
La phrase est un peut classique.
Plus tard le célibataire aura un lave vaisselle,
ou une meuf les 2 sont pratiques.

Vous reconnaissez ce bruit ?
C'est quand on ouvre le frigidaire!
L'intérieur on dirait une plage de Normandie un soir d'hiver!!
A pars 2 yaourt et une sauce bolognaise périmée,C'est le grand dessert!
Vas Y referme vite chui déprimé !
Pas mal la salle de bain et sympa la baignoire,
Mais dis moi, c'est sa vrai couleur la, le gris trottoir ?
t le lavabo pareil, lave le sa prend 2 secondes,
J'entends Jacob Delafond qui se retourne au fond de sa tombe !!

Attention on attaque la chambre et la sa cartonne!
Regarde bien le lit est fait!
Nan jdéconne !!
Par contre si tu regarde en dessous
il se passe des trucs étonnants
Y a tout un écosystème qui est
en plein développement !

Il peut se passer un moment grave
comme un tremblement de terre,
c'et quand une femme prend
ses quartiers dans l'appartement de célibataire.
Elle opère de petits changements,
délicatement sans gros sabots,
Et il y a plein de produis de beauté qui
poussent long du lavabo.
C'est toujours ton petit chez toi mais
Y a un nouveau parfum dans l'atmosphère
toi tu aime cette invasion.
Tu observe tu laisse faire.
Et même si tu range pas plus et
que tu lave pas souvent tes draps,
Elle changera pas tes habitudes,
Si elle t'aime elle comprendra!


monkey

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie-claire
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 223
Localisation : dans le monde, quelque part
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Mar 20 Mai 2008 - 17:06

et moi je continue à dire que j'aime beaucoup, je n'entend pas la musique.... je l'écoute réciter et je me dis qu'il fait ça très bien, et il fait passer des petits messages, j'aime l'entendre parler de nostalgie,des pères,... il à une voix qui donne envie de tout lâcher pour l'écouter, je ne l'imagine pas simplement écrire, il doit réciter aussi, c'est vrai, c'est ça le slam ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   Mer 21 Mai 2008 - 19:18

Fabien Marsaud était chez Fogiel hier soir...fatiguée, prête à aller me coucher, j'ai attendu...ce garçon me plait de plus en plus...c'est un tout qui me séduit...sa façon d'être, d'écouter, de raisonner, ses silences, ses yeux brillants d'admiration , son ennui à peine dissimulé... et surtout ses mots...il a repris un passage de Pères et mères et La nuitdans son intégralité, même si Marco s'est trompé sur le titre...fallait voir son regard à lui!!



La nuit

Ça commence par un moment de flottement quand le soleil recule
Un parfum d’hésitation qu’on appelle le crépuscule
Les dernières heures du jour sont avalées par l’horizon,
Pour que la nuit règne sans partage , elle a gagné , elle a raison
En fait j’aime cette instant , j’ vois le changement d’atmosphère
Et si j’y pense un peu j’ me demande comment ça peut se faire
Ce miracle quotidien ,le perpétuel mystère qui fait qu’en quelques secondes on passe du coté obscur de la terre
Voici une note pour la nuit, les nuits, les miennes les tiennes
Je ne sais pas comment tu les vis moi mes nuits m’appartiennent
Je les regarde je les visite c’est mon royaume mon château
Je les aime et c’est tant mieux parce que j’aime pas me coucher tôt
J’ te parle pas des nuits parisiennes, des lumières et des décibels
J’ préfère celles du silence et d’ la pénombre qui est si belle
J’te parle pas des nuits en boite, celles des branleurs et celles des poufs
Je préfère les trottoirs vides quand la ville reprend son souffle
Comment exprimer ce que la nuit m’inspire
Ce qu’elle nous suggère et ce qu ‘elle respire
Ce moment d’obscurité qui met en lumière nos fissures
L’ambiguïté en manteau noir, la nuit fait peur, la nuit rassure
En tout cas c’ qui est sur c’est qu’elle influence nos cerveaux
Prend pas de grandes décisions la nuit tu sais jamais ce que ça vaut
Pourtant elle peut être parfois un moment d’ extrême lucidité
Et c’est souvent la nuit qu’ tu crois détenir la vérité
Chaque nuit la suspicion fête son anniversaire
Et quand tu croises un mec dans la rue il te matte comme un adversaire
Y’a des regards méfiants, menaçants ou pleins de panique
En tout cas c’ qui est bien la nuit c’est qu’ y a personne sur le périphérique
Et si t’as pas de voiture surtout loupe pas le dernier métro
Sinon tu raques un taxi ou tu dors avec les char - clo
Tu découvres alors que la lune n’est pas toujours blonde
Tu découvres la vraie nuit, son vrai rythme et son vrai monde
C’est vrai que la faune de la nuit est assez particulière
Y’ a ceux qui taffent ,y’a ceux qui sortent pour voir les putes ou boire une bière
La police est là aussi alors on peut se manger quelques claques
Quand on répond un peu trop fort lors d’un contrôle de la BAC
Dans ta nuit la journée qui vient de finir se reflète
Tu fais ton p’tit bilan , journée de galère ou jour de fête
Si t’as peur du lendemain tu penses aux proverbes un peu balourds
« la nuit porte conseil » ou bien « demain il fera jour »
Voici une note pour la nuit, douce nuit d’été, ou longue nuit d’hiver
Nuit calme et reposée ou nuit trop riche en faits divers
Nuit blanche lors d’une nuit noire où même la lune s’est dérobée
J’ te propose juste quelques photos de notre monde , face B
Voici une note pour la nuit qui nous a vu remplir tellement de pages
Qu’à cet instant je la fixe sur ma feuille comme un hommage
Elle offre au poète tellement d’heures sans bruit
A c’ qui parait la nuit tous les stylos sont pris



Ce matin, il était sur les ondes de France Inter, en compagnie d'Olivier Poivre d'Arvor et d'autres dont j'ai oublié le nom...j'aime ses analyses...
...et je persiste, j'aime son album qui n'est que la concrétisation d'un mouvement qui se répend...slammer dans des petits cafés pour partager l'amour des mots....une jeune fille disaient hier ,avec un petit sourire timide et amusé : "Nous sommes presque des poètes"!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grand Corps Malade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Grand Corps Malade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grand corps malade !!
» Les voyages en train: Grand corps malade
» Connaissez-vous Grand Corps Malade ?
» [Grand Corps Malade] Patients
» Grand Corps Malade - Les voyages en train.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Diem :: Musique :: Chanteurs à texte-
Sauter vers: