ConnexionS'enregistrerAccueilPortailRechercherCalendrierFAQMembresGroupesGalerie
Derniers sujets
» Ce que tu écoutes en ce moment...
par Dominique D Mar 28 Mar 2017 - 16:01

» Le Grand Orchestre du Tricorne
par Dominique D Mer 11 Jan 2012 - 11:07

» Skip The Use
par Dominique D Mer 21 Déc 2011 - 10:00

» Flying Pooh
par Dominique D Mer 19 Oct 2011 - 6:18

» ALLAIN LEPREST
par chantal Sam 20 Aoû 2011 - 15:01

» Message pour tous
par Mimi Dim 29 Mai 2011 - 23:33

» The Strokes
par Mimi Mar 10 Mai 2011 - 1:19

» Louis Ville
par anfantin Sam 9 Avr 2011 - 22:40

» Sanseverino
par Mimi Ven 8 Avr 2011 - 0:10

» Courir les Rues
par Swinging Sam 26 Mar 2011 - 10:55

» Anglo Dinelo
par Mimi Ven 25 Mar 2011 - 6:46

» Genesis
par Mimi Dim 20 Mar 2011 - 23:48

Voir mes statistiques SG
*
Cliquez sur le logo SG pour consulter les statistiques du forum

Partagez | 
 

 Anouar Brahem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie57
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 321
Localisation : Près d'une note de musique...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Anouar Brahem   Mer 28 Mai 2008 - 16:24


De gauche à droite: Jean-Louis Matinier ( accordéon ), François Couturier (piano ) et Anouar Brahem (oud)

Anouar Brahem se définit comme un " artiste voyageur ". Sa musique est intemporelle et hypnotique …J'avais mis un extrait de l'album: Le pas du chat noir, il y a quelques mois sur le forum…Je ne sais pas si son nom vous revient…

Quel que soit l'album, sa musique est captivante…Parmi ses nombreux albums, il y a:
" Astrakan Café "




http://www.youtube.com/watch?v=gMI_wETQp-Q

C'est sur des touches d'un piano que ces musiques ont surgi de l'album: "Le pas du chat noir "


http://fr.youtube.com/watch?v=h1dH2v-V6y0&feature=related

Son dernier album: " Le Voyage de Sahar "



http://fr.youtube.com/watch?v=mGff4_V6ghE&feature=related

Anouar Brahem est une énigme dans le monde de la musique…A bientôt 50 ans, le Tunisien persiste et signe une œuvre originale, aux frontières de bien des registres, élargissant notre perception du domaine des musiques actuelles, sans rejeter le cadre formel dans lequel il s’est élevé : la tradition. "Je suis lié à l’univers traditionnel, pas ligoté. Ce lien, je l’ai tout autant en composant pour le Britannique John Surman que pour le Turc Barbaros Erköse. Tout comme ce désir, cet élan, que j’ai d’aller vers des univers qui dépassent ce cadre de la tradition. Nous autres musiciens venant du Sud, on gagnerait beaucoup à être reconnus comme musiciens actuels. Quand on regarde un film de Kioristami, on parle ainsi, de renouveau dans le cinéma mondial. On a toujours tendance à penser que puisque cela vient d’Iran, d’Inde, c’est traditionnel, donc fermé, arrêté."

Pas de world music pour Brahem
Sur ce terreau fertile, il creuse un sillon profond depuis trente ans, cultive un discours tout à fait original qui raconte entre les lignes, l’identité d’un homme ouvert par nature à l’autre. Anouar Brahem bat en brèche bien des poncifs, s’en amuse sans artifices. "La musique, ce n’est qu’un espace de liberté et d’expression." Ne lui parlez pas de world music. "Une idée vieille comme le monde !" Trop de confusions, trop peu de créations.

A l’écoute du monde, le Tunisien n’élève jamais la voix pour se faire entendre. Ce n’est pas un hasard s’il se trouve à son aise chez ECM, le label au plus beau son après le silence, une définition qui illustre sa musique. "J’y ai trouvé le lieu idéal pour réaliser des projets, des envies, des rêves. C’est une réelle complicité, avec une exigence de rigueur et d’éthique infaillible, avec une liberté totale en dehors des contingences de rentabilité. Je le vois à travers ma collaboration, mais surtout à travers son catalogue, dont je suis le spectateur attentif. Plus qu’une esthétique globale, il y a une ligne conductrice, mais avec une grande diversité. Entre Charles Lloyd et Arvo Pärt, Kanchely et Garbarek. Manfred Eicher est un sculpteur de sons. Il met en place ces musiques dans un espace."

Depuis quinze ans, Brahem y élabore des projets où se croisent nombre de nationalités : l’Anglais Dave Holland comme le Turc Kudsi Erguner, le Norvégien Jon Christensen comme le Tunisien Hosni Lassad. Plus que d’où ils viennent, c’est où ils vont qui déterminent leur faculté à entrer dans cet univers. "L’intention de la composition donne le ton. Un musicien intelligent est celui qui en dehors de ces qualités techniques perçoit cela. Chacun laisse son empreinte spécifique, mais l’œuvre ne change pas."

Un certain goût pour le jazz
Cet oudiste est un virtuose. Certes, mais il vaut mieux le qualifier de musicien, tout simplement. "Mon rôle, c’est d’inventer une musique. Créer, c’est transgresser." C’est ainsi qu’il faut entendre son goût pour le jazz, dont il incarne une des nombreuses variantes. "Je ne suis en rien un musicien de jazz, mais je fais partie de cette communauté d’esprit à laquelle se rattachent des musiciens comme Egberto Gismonti." Ce n’est pas pour rien que cet étudiant du conservatoire, futur directeur de l’Ensemble musical de Tunis puis responsable du Centre des musiques arabes et méditerranéennes au début 90, a très tôt tourné le dos au rôle d’ameublement dans laquelle la variété arabe confine le oud. A cette époque, son maître, Al Sriti, choisissait une position de retrait. "Depuis vingt ans, les choses ont évolué. J’ai le sentiment d’un renouveau de création, que vient confirmer le retour du métier de lutherie…"

Depuis 2002, il travaille avec le pianiste François Couturier et l’accordéoniste Jean-Louis Matinier, deux musiciens au parcours élégamment sinueux, au diapason des rêveries plus mélancoliques que nostalgiques de l’homme de Carthage. "C’est le récepteur qui perçoit mon univers ainsi. Dans la vie, je ne suis pas du tout mélancolique. Dans ma musique, il y a une certaine gravité, mais aussi beaucoup de sérénité." Dramatiques, ludiques, légères, profondes… Il est difficile de cerner les atmosphères qui s’en dégagent. S’il confirme toutes les qualités bien connues de Brahem, improvisateur et compositeur qui évolue aux marges du jazz depuis trois bons lustres, la grande nouveauté de ce trio est son écriture, puisque le luthiste s’est mis au piano, l’emblème du tempérament européen, pour coucher le répertoire du Pas du chat noir (son avant dernier opus), plaçant cet instrument au cœur du dispositif, se rapprochant naturellement classiques tels que Satie ou Debussy. "J’ai un piano dans l’atelier que je touche de temps à autre, pour prendre un peu de nécessaire distance avec le oud. C’est ainsi que j’ai commencé par écrire des esquisses qui au fil du temps se sont imposées comme des pièces. Rien n’était prémédité."

Quatre ans et plusieurs tournées plus tard, ce trio est de retour avec Le Voyage de Sahar. C’est la première fois que celui qui aime se lancer des défis, à l’image de ce trio à l’instrumentation pour le moins inédite, revient sur ses pas. "En pensant et composant le répertoire, je ne songeais pas du tout à le jouer avec François et Jean-Louis. J’imaginais Barbaros par exemple. Et puis finalement, l’envie de continuer avec eux s’est imposée… " Points de suspension en forme d’interrogations, en guise de conclusion. Jacques Denis, RFI
Son voyage l'entraîne vers d'autres horizons…Sa palette musicale a croisé notamment le saxophoniste Jan Garbarek, sur écoute avec Deezer:

http://www.deezer.com/#music/result/anouar%20brahem

Je peux vous recommander une compilation réunissant quelques-unes de ses plus belles mélodies:
L'album: " Vague ":
http://www.amazon.fr/Vague-sous-fourreau-Anouar-Brahem/dp/B0000C8X3G


wavey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Anouar Brahem   Mer 28 Mai 2008 - 20:33

Je connais bien ce monsieur! Nous avons tous ces albums et "Le pas du chat noir" est sur mon Ipod Wink
J'aime beaucoup shaking

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tacha
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1453
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Anouar Brahem   Jeu 29 Mai 2008 - 23:27

j'aime beaucoup....
merci
shaking

_________________
"I saw the best minds of my generation destroyed by madness..." Allen Ginsberg - Howl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anouar Brahem   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anouar Brahem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cully Jazz Festival - 9-17 avril 2010
» Anouar Brahem
» Anouar BENMALEK (Algérie)
» SIDI BRAHIM NATIONALE SEPTEMBRE 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Diem :: Musique :: Jazz, Blues, Soul-
Sauter vers: