ConnexionS'enregistrerAccueilPortailRechercherCalendrierFAQMembresGroupesGalerie
Derniers sujets
» Ce que tu écoutes en ce moment...
par Dominique D Mar 28 Mar 2017 - 16:01

» Le Grand Orchestre du Tricorne
par Dominique D Mer 11 Jan 2012 - 11:07

» Skip The Use
par Dominique D Mer 21 Déc 2011 - 10:00

» Flying Pooh
par Dominique D Mer 19 Oct 2011 - 6:18

» ALLAIN LEPREST
par chantal Sam 20 Aoû 2011 - 15:01

» Message pour tous
par Mimi Dim 29 Mai 2011 - 23:33

» The Strokes
par Mimi Mar 10 Mai 2011 - 1:19

» Louis Ville
par anfantin Sam 9 Avr 2011 - 22:40

» Sanseverino
par Mimi Ven 8 Avr 2011 - 0:10

» Courir les Rues
par Swinging Sam 26 Mar 2011 - 10:55

» Anglo Dinelo
par Mimi Ven 25 Mar 2011 - 6:46

» Genesis
par Mimi Dim 20 Mar 2011 - 23:48

Voir mes statistiques SG
*
Cliquez sur le logo SG pour consulter les statistiques du forum

Partagez | 
 

 Le disque du jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le disque du jour   Jeu 16 Oct 2008 - 14:19


Céleste et enchanté, le folk des Canadiens Woodpigeon ferait oublier Sufjan Stevens et le marasme Rock

Pour écouter : Site officiel : http://www.myspace.com/woodpigeon



Jusqu'à présent disponible au compte-goutte en import canadien, ce joyau discret arrive enfin en Europe, étoffé de six titres inédits – la joie dans les foyers et la paix dans les âmes.
Les six titres en question proviennent d'un autre album, Treasury Library, disponible sur le site du groupe pour un prix que vous déciderai – et on donnerait une fortune pour ces chansons.

Woodpigeon a grandi pas très loin de l'Océan Pacifique, et pacifique, voire pacifiste, chaque refrain l'est, d'une douceur, d'une chaleur et d'un ferveur déjà entendu cette année chez les Fleet Foxes de Seattle – cette côte Ouest, des USA au Canada, mérite en 2008 le prix Nobel de la paix.
Sur ces terres, la vaste troupe a tourné avec Grizzly Bear, Calexico ou Iron & Wine, histoire de confirmer son appartenance à une secte solaire et généreuse du folk nord-américain.

Mais c'est plutôt du côté de Sufjan Stevens, ou Beirut, pour la méticulosité des arrangements, l'ampleur du jeu, la chaleur des atmospères et la félicité de ces harmonies mixtes qu'il faudrait chercher les racines du bien : Woodpigeon chante des choses comme A Sad Country Ballad For A Tired Superhero et c'est exactement ce qu'on entend, ce que l'on reprend en cœur, déjà gaga après une semaine de vie commune.
“Woodpigeon joue de la pop quasi-orchestrale de l'outre-Monde” minimise le site internet du groupe, qui ayant eu la chance de vivre loin de la pop anglaise et de ses rodomontades, ignore tout du marketing grossier des crâneurs et vendeurs de baudruches.
Car Woodpigeon joue effectivement de la pop orchestrale et divine, une musique d'ailleurs, larguée et sublime. Mais cette musique est d'une effroyable cruauté pour ceux qui, épuisés et impuisants, jouent de la pop au ras des pâquerettes tandis qu'eux survolent le marasme – peu d'albums de l'époque osent suivre celui-ci sur la platine.
On ne citera pas les titres à télécharger en priorité, tant chacun peu devenir à son tour votre hymne euphorisant du jour, tant tout ceci (et les inédits du net) ressemble à un best of. Celui qui n'écoutera pas Woodpigeon sera un pigeon.

Jean-Daniel Beauvall
Les Inrocks


Perso je trouve ça un peu mou, mais cependant agréable à écouter... thumleft

_________________


Dernière édition par Mimi le Ven 17 Oct 2008 - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Jeu 16 Oct 2008 - 20:50

Un peu mou du genou mais ça s'écoute...devant le feu...petite musique d'ambiance shaking

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
denis
Membre actif
Membre actif


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Jeu 16 Oct 2008 - 20:54

musique d'ascenseur alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Jeu 16 Oct 2008 - 21:05

ah oui, pourquoi pas...le truc zen, quoi!...dès fois que tu restes bloquéWink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tacha
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1453
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Ven 17 Oct 2008 - 22:40

J'ai un jour de retard.....
désolée
j'en suis à WOODPIGEON...
j'adore....
ça fait beaucoup de bien par là où ça passe....
zénifiant certainement....
Mou du genou je ne trouve pas....
une ballade est une ballade....
euh...
je crois....
shaking

_________________
"I saw the best minds of my generation destroyed by madness..." Allen Ginsberg - Howl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tacha
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1453
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Sam 18 Oct 2008 - 9:52

yes

_________________
"I saw the best minds of my generation destroyed by madness..." Allen Ginsberg - Howl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Sam 18 Oct 2008 - 12:26

Dig Out Your Soul - Oasis

En écoute sur mucicMe :




Les articles ne sont guères élogieux, mais je trouve qu'il est quand même réussi. Certes, on croirait entendre un album des Beatles, mais qui n'aime pas les Beatles ? indecis





"S'il est des albums (toutes catégories confondues) que l'on puisse écouter en boucle d'un bout à l'autre sans zapper une seule chanson, force est de constater que ce dernier opus des frères Gallagher n'en fera pas partie. Difficile d'accrocher à la première écoute, il nous faudra une bonne dose d'indulgence afin d'apprécier ces titres sur la longueur. Si l'on a pu reprocher par le passé le manque de renouvellement dans la musique d'Oasis, ils prennent cette fois un virage à ... 45°, afin de nous livrer une recette légèrement différente à l'habitude : un ”back in the past” ...malheureusement un peu vérolé.


Si le titre de ”Dig Out Your Soul” choisit pour la galette était plutôt prometteur et laissait envisager un retour aux sources, la quasi totalité de l'album laissent transpirer un manque d'inspiration évident et une certaine homogénéité dans la médiocrité. Ce n'est pourtant pas faute de moyens avec des sessions bouclées aux mythiques studio d'Abbey Road et la présence de David Sardy aux manettes, mais ...on s'ennuie et on s'ennuie ferme !"
Rock France


Un extrait sur Youtube...

I'm Outta Time


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Sam 18 Oct 2008 - 12:41

Mimi a écrit:
Dig Out Your Soul - Oasis

Oasis..."Morning glory"...Wonderwall qui envahissait les ondes( chanson que j'aimais bien)...fin des années 90 en Angleterre, les frasques des frères Gallagher...bref, voilà ce que je connais du groupe! Pas vraiment une histoire d'amour...

Je viens d'écouter leur dernier album, trois chansons ressortent...bien sûr, ce ne seront pas les plus bruyantes:monkey: "The turning", "I"m outtime" et "Falling down"...quant à "waiting the rapture", c'est trèèès Beatles! mais je n'ai jamais été fan donc en sortir 3, c'est plutôt bien study


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mar 21 Oct 2008 - 12:56

Pour écouter

C’est une chanson incroyable. On la découvre 38 ans après sa sortie, comme si on l’avait toujours connue. Une chanson qui, dès les premières secondes, nous flanque un bourdon extatique dont on ne pourra plus jamais se défaire. Un tube éternel inédit, comme une vieille scie pop (Nights in White Satin des Moody Blues, ce genre) dont le fil n’aurait jamais été émoussé par les outrances de la radiodiffusion. Allez savoir pourquoi, cette chanson n’a connu le succès qu’en Afrique du Sud et en Australie. Elle est sortie en 1970, a erré sur la queue de comète hippie, et semble raconter en trois minutes et demi la mort des sixties, la fin de l’innocence et l’entrée dans l’ère de la cruauté, de la désillusion. Elle s’appelle Sugar Man : une crème brûlée à l’espagnole, chaude et caramélisée dessus, froide et suave à l’intérieur. Le dessert le plus vicieusement délicieux du monde, préparé dans un trou à rat de Detroit par un improbable mitron d’ascendance mexicaine, nommé Sixto Diaz Rodriguez.

Fantasmons un mix délirant entre la poésie de l’asphalte façon Dylan, la sensualité californienne de Love, les arrangements expérimentaux des Beatles, la noirceur éblouissante du Velvet Underground : c’est Cold Fact, le premier album de Rodriguez dont Sugar Man est extrait. Sugar Man est une chanson de drogué – le sugar man en question est un dealer –, dans un album qui crée l’addiction profonde et la passion intime, tout en ajoutant un improbable chapitre à la longue histoire du rock de Detroit. Pour faire court : Cold Fact a été soutenu, produit et joué par des proches du label Motown. C’est un disque où les fleurs de la soul, un peu fanées, éclosent sur les terrains vagues et pollués de la zone industrielle. Un disque de folk-singer bitumé, dont le ton dur, désenchanté, rejoint celui du MC5 ou des Stooges. Un disque qui semble à la fois bricolé dans l’esprit garage-rock, et voué à entrer dans l’histoire. Tout l’album est un chef d’œuvre en péril, qui s’est effondré à sa sortie.

Rodriguez en a enregistré un deuxième l’année suivante (la réédition est imminente), qui s’est planté pareil. Ensuite, Rodriguez est retourné à la vie civile, tout en cultivant sa réputation d’excentrique : passionné de politique, il s’est présenté plusieurs fois aux élections municipales de Detroit – et s’est planté à chaque fois.


Les détails, qu’on imagine innombrables et croustillants, se sont perdus dans un brouillard psychédélique dont Rodriguez n’est peut-être jamais vraiment sorti. Agé de 66 ans, Rodriguez vit toujours, et savoure depuis quelques années une reconnaissance tardive. La réédition de Cold Fact fait évènement, le rescapé Rodriguez a pas mal tourné un peu partout dans le monde (notamment dans l’hémisphère Sud) et quand on l’a au téléphone, il vient de faire son premier concert à New York. “Je suis dans la musique pour le long terme”, dit-il. Et c’est à peu près le seul propos exploitable qu’on arrivera à tirer de cet étrange interlocuteur, qui répond systématiquement à côté des questions, prêche pour un monde plus juste quand on lui parle musique, débite des généralités apprises dans Les sixties pour les nuls quand on l’interroge sur sa vie et semble, c’est regrettable, avoir tout oublié de la genèse de Cold Fact. Quand il déclare “merci de m’avoir écouté”, on ne sait plus trop de quoi il parle. Mais qu’il en soit assuré : maintenant qu’on l’a écouté, on n’est pas près de décrocher de Cold Fact, cet immense disque sauvé du caniveau.


Stéphane Deschamps


Les Inrocks

Un peu de Folk-Country dans ce tumulte rock, c'est pas mal aussi... thumleft
les paroles quant à elles dépeignent assez bien le climat de désillusions qui regnait à Detroit dans les années 60..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mar 21 Oct 2008 - 21:36

Je lis sur le portail...

Presque quarante ans après sa sortie, on découvre le premier album de l'Américain Rodriguez, prodigieux chaînon manquant entre Dylan et Love

Dylan, tout le monde connait...Love, je ne connais pas...alors, j'ai cherché quand le pc arrêtait de ramer pig et j'ai trouvé ça...

Forever changes


Love est un groupe de rock américain, originaire de la scène musicale psychédélique de Los Angeles, essentiellement en activité à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Love était emmené par Arthur Lee, un chanteur, guitariste et compositeur métis et par le guitariste Bryan MacLean. L'une des principales caractéristiques qui différencie la musique de Love de celle des autres groupes pop américains est l'alliance de diverses influences musicales, telles que le rock'n'roll, le garage rock, la folk ou encore la musique psychédélique. Ce métissage des genres atteindra son paroxysme dans Forever Changes (1967) et leur musique sera dès lors qualifiée de rock baroque. Tout au long de sa carrière, le groupe a reçu des éloges des critiques musicaux mais leur succès populaire resta toujours mitigé, à l'ombre d'autres groupes de l'époque, tels que les Doors. Love et Forever Changes sont cependant considérés comme des pierres angulaires du rock psychédélique.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Love_(groupe)

...quarante ans d'attente pour être reconnu, ce n'est pas rien!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mer 22 Oct 2008 - 10:38

J'aime bien ce mélange des genres sur Forever changes de Love... thumleft

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mer 22 Oct 2008 - 11:38

Aujourd'hui, ce sera ENIGMA!

Ils reviennent avec un nouvel album, le septième...Seven lives many faces

Vous pouvez entendre tous les extraits de cet album ICI

J'aime bien celle là...chant catalan, originaire d'Ibiza où vit Mickael Cretu...La puerta del cielo

Bon voilà...cette fois, mon pc est out! monkey

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swinging
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2013
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mer 22 Oct 2008 - 13:21

comme je disais un jour que je me demandais ce qu'on pouvait faire des disques de ce "groupe" en dehors de les accrocher dans les cerisiers ou de les diffuser au même endroit dans un but utilitaire, une amie m'a répondu

"c'est vachement bien j'adore écouter ça dans mon bain avec des bougies autour de la baignoire"

j'ai compris pourquoi j'aimais pas grâce à elle, moi j'aime les douches... monkey

_________________
le bonheur c'est d'arriver à désirer ce qu'on a déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swinging.blog4ever.com
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mer 22 Oct 2008 - 16:02

Je présume que tu parles de Enigma en citant "ce groupe"...
Vu qu'il y a 3 albums d'artistes différents, présentés sur la page précédente... je me demandais... Rolling Eyes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swinging
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2013
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mer 22 Oct 2008 - 16:57

oui je parlais d'enigma... t'as reconnu grâce à l'usage proposé de ces disques Wink

_________________
le bonheur c'est d'arriver à désirer ce qu'on a déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swinging.blog4ever.com
tacha
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1453
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mer 22 Oct 2008 - 22:56

Britanya a écrit:




j'adore la pochette.....
ça me rappelle une BD que je lisais quand j'étais petite dont j'étais fan...
j'arrive pas à me souvenir du titre....
mais àa reviendra....

_________________
"I saw the best minds of my generation destroyed by madness..." Allen Ginsberg - Howl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Jeu 23 Oct 2008 - 13:01

Kaiser Chiefs - Off with their Heads *
*****************************************************************Pour écouter
Article lu sur Destination Rock

A mon sens, le courant britpop, envahissant et tout-puissant, est détestable. J’y suis tellement allergique qu’il m’arrive même, les jours de pluie, de me surprendre à maudire les Beatles, pour leur influence niaise sur toutes ces générations adeptes de la mélodie facile et du refrain qui colle au fond de l’encéphale. Mais j’ai tendance à tenir pour grand responsable Oasis, aussi insupportable humainement qu’au niveau de la surmédiatisation dans laquelle il se vautre (je ne développerais pas ici sur le contenu musical du groupe, tout n’étant pas forcement à jeter). Arrive les Babyshambles et je finis par me demander si le dernier groupe anglais viable et commercialement établi n’était pas Queen, arrivé il y a 35 ans déjà… Aïe. Et puis vint Kaiser Chiefs. Pourtant, sur le papier, le quintet a tout du groupe que je me devais de détester : un succès massif outre manche (jusqu’à une émission TV portant le nom d’une de leur chanson), un accent dégotté à Leeds et des têtes d’anglais… Brr. L’étiquette britpop semble obligatoire.

Et pourtant il y a quelque chose de terriblement passionnant chez ces mecs… Un je ne sais quoi rendant génial Off With Their Heads, le troisième opus de Kaiser Chiefs

Une intelligence d’écriture déjà, jouant sur les mots et les modes (mods ?!) mis sur bande audio par la voix de saoulard de Ricky Wilson, plus prompt aux railleries banlieusardes qu’aux envolées lyriques. A l’anglaise donc. Et leurs titres sont imparables ! Composés en grande majorité par Nick Hogdson, batteur de son état, l’accent est clairement mis sur les rythmes, et c’est peut être là que l’écart se fait avec la concurrence foisonnant aux quatre coins du royaume. Il y a du Damon Albarn là-dessous, plus Blur qu’Oasis c’est sûr, et c’est d’autant mieux lorsque l’on est partisan de la libération des décibels. Il y a un peu de new wave aussi, un petit quelque chose dans les claviers (rappelons que Leeds est la ville qui a vu naître Sisters Of Mercy et The Mission)
Dès lors ‘‘Tomato In The Rain’’ ou ‘‘You Want History’’ feront mouche par leur justesse, bien mieux produits que le dernier single en date du groupe : ‘‘Ruby’’, un poil brut de décoffrage. Merci Mark Ronson (Amy Winehouse) pour la prod hyper actuelle. Pas de prise de risque donc, sauf peut être ‘‘Good Days Bad Days’’, titre un peu fou, sorte de ‘‘Obladi, Oblada’’ des… Beatles, tiens… La boucle est donc bouclée.





Off With Their Heads se place comme un des rares disques de pop anglaise à se distinguer de la masse. De leur propre aveu, les Kaiser Chiefs font du rock pour saoulards, mais ils remplissent les stades… La Grande Bretagne aurait elle un énorme problème d’alcoolisme ?


Perso, je n'aime pas tout l'album, mais je dois reconnaître que ce groupe a des mélodies imparables.
L'album est très diversifié... et c'est surement ce qui en fait son charme... thumleft

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Dim 26 Oct 2008 - 10:31

Bob Dylan, "Tell Tale Signs..."

...Rare and unreleased 1989-2006 – The Bootleg Series vol. 8.

Nul doute que Dylan fut inspiré par le voodoo state et ça s’entend ici à travers teintes gospel, talkin' blues poisseux ou ballades country-laidback à la JJ Cale. Le swamp, l’humidité, les saules pleureurs, les légendes vaudous et la grande maison gothique qui servit de studio ont déteint sur Dylan et sa disposition d’esprit au moins autant que la science sonique de Lanois, pour le meilleur.

Au menu de ce volume 8 figurent aussi des inédits de Time Out of Mind, autre production Lanois, quelques live, des pépites folk-blues du répertoire ancestral (32-20 blues) ou encore des extraits inédits de Modern Times. Des titres comme Mississippi ou High Water reprennent une furieuse actualité à la lumière noire des inondations de La Nouvelle Orléans.

Parfois, Dylan horripile avec son timbre de vieille chèvre asthmatique et ça, même un fan peut l’admettre. Mais quand il pousse sa voix dans le rouge sur des blues électriques, ou quand il la repose dans le bleu de graves sans effort, il remue vraiment.

Evidemment, on peut très bien n’entendre ici qu’une simple compile de l’histoire de la musique américaine au XXème siècle, ce qui n'est déjà pas rien. Et c’est ainsi que Dylan lui-même aimerait qu’on l’écoute, simple chanteur américain parmi d’autres. Mais qu’il le veuille ou non, il n’est pas un bluesman lambda mais Bob Dylan, le type qui a changé la face du rock et de la culture mondiale dans les années 60.

Serge Kaganski



C’est ce qu’on entend ici : du rock, du blues, du folk banals, mais chantés par un mythe vivant. Une voix humaine, fragile, vieillissante, mais aussi une voix qui charrie l’histoire.

Quelques extraits...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
denis
Membre actif
Membre actif


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Dim 26 Oct 2008 - 12:52

MERCI, d'avoir mis ca sur le site mimi ,ce volume 8 je l ai acheté je le trouve fabuleux, à mes yeux bien sur, il retrace le bluzzz comme dylan sais si bien le chanter avec un style folk et sa voix non pas asthmatique mais une voix suave qui ce laisse boire comme une liqueurs après une nuit d'ivresse assis sur un banc dans ne petite clairière ou vous regardez le monde qui tourne autour de vous sans savoir si un jour il va s'arrêter pour prendre le plaisir de prendre son temps et ce dire que si tout s'arrête a ce moment là et bien mourir sur cette musique ca peut être la plus merveilleux des instant....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Lun 27 Oct 2008 - 13:09

Buena Vista Social Club, "At Carnegie Hall"

Dix ans après, le fameux concert new-yorkais du BUENA VISTA SOCIAL CLUB sort en CD : un document-choc sur le génie cubain.

Disons-le tout net : l’annonce du retour en fanfare du Buena Vista Social Club, dix ans après son entrée fracassante dans les oreilles occidentales, nous arrache d’abord un gros soupir de lassitude. Dans la sortie du double CD At Carnegie Hall, captation du fameux concert new-yorkais donné le 1er juillet 1998 par l’aréopage cubain, comment ne pas voir l’énième symptôme de cette hystérie commémorative qui, depuis quelques années, gouverne les esprits ? Comment, aussi, ne pas la considérer comme une basse manœuvre commerciale, visant à rouvrir un filon qui, à force d’être exploité, avait fini par s’épuiser ? Avec une pointe de cynisme, on se dit qu’on échappera au moins à la reformation du groupe, rendue impossible par les disparitions de Compay Segundo, Rubén González et Ibrahim Ferrer, trois de ses membres les plus éminents.

Après avoir ruminé ce petit tas de pensées amères, on se résoud finalement à écouter At Carnegie Hall. Retentissent alors les notes de Chan Chan, qu’on croyait usées jusqu’à la trame, vidées de leur substantifique moelle ; et la haute fièvre qui nous avait saisis dix ans plus tôt nous retombe aussitôt dessus avec une violence inouïe.
C’est le début d’un irrésistible tourbillon de sensations, provoqué plus d’une heure durant par un album que les services sanitaires pourraient classer au rayon des drogues dures.
On craignait d’être convié à une très officielle cérémonie du souvenir, peuplée de fantômes lointains, figés dans une légende qui les aurait soustraits à jamais du monde des vivants. On se retrouve au cœur d’une furieuse fête de retrouvailles, secoué en tout sens par les bourrades et les effusions d’une intenable brochette d’illuminés, dont le temps n’a pas réussi à refroidir les ardeurs.

L’esprit clair, désencombré de toutes les suspicions qui l’avaient obscurci, on peut enfin apprécier At Carnegie Hall pour ce qu’il est : un document-choc sur l’immensité du génie musical cubain, la richesse de son histoire et l’inépuisable fraîcheur de ses expressions. Ces vérités-là sont bonnes à dire : car il y a dix ans, on n’est pas certain qu’elles ont été entendues. Parce qu’il offrait une seconde chance à des vétérans miraculeusement réchappés de l’oubli, le Buena Vista a trop souvent été présenté comme une émouvante opération de sauvetage et la reconstitution minutieuse d’un hypothétique âge d’or.
Entretenue par le film terriblement paresseux de Wim Wenders, cette vision pittoresque des choses a parasité le propos de musiciens qui, en vérité, avaient bien mieux à faire que de verser une larme sur leur passé : s’ils se lovaient avec autant de volupté dans les replis les plus accueillants de leur mémoire, c’était pour mieux jouir au présent.




"Voyez-vous, nous dit un jour Eliades Ochoa, il y a une grande différence entre les Européens et les Cubains. Vous, vous aimez discuter sans fin sur la musique ; nous, nous préférons la jouer." Dans At Carnegie Hall, le Buena Vista coupe court à tous les bavardages : il fait exploser la musique avec une joyeuse férocité qui laisse pantois. Ecoutez comment Ibrahim Ferrer, Compay Segundo, Eliades Ochoa, Pío Leyva ou Omara Portuondo entrent dans une chanson – ces gens-là ne se chauffent pas la voix, ils se la brûlent. Comment les improvisations décochées par le piano de Rubén González, le laúd de Barbarito Torres ou le chant d’Ibrahim Ferrer sont autant de coups portés contre les démons de la routine. Comment des morceaux en fusion comme El Cuarto de Tula, Almendra ou Candela font passer les éléments les plus extrémistes du punk pour d’aimables petits garçons.

Chaque mesure, ici, est porteuse d’une magistrale leçon de musique, qui débouche et transforme en profondeur les oreilles de ceux qui la reçoivent. La beauté incendiaire de ce disque aveuglera peut-être ceux qui la contempleront. Mais une chose est sûre : elle ne les rendra jamais sourds.


R.Robert
Les Inrocks

Quelques extraits



... et une vidéo



Quelle magie cette musique cubaine... on s'y laisse volontiers transporter... thumleft

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swinging
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2013
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Lun 27 Oct 2008 - 14:02

affirmatif, je vais me refaire un punch...
rasleb

_________________
le bonheur c'est d'arriver à désirer ce qu'on a déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swinging.blog4ever.com
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Lun 27 Oct 2008 - 14:15

la même chose pour moi... clin d oeil

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swinging
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2013
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Lun 27 Oct 2008 - 17:35

je m'imprègne mieux, de la musique, j'en suis baba wavey


plus sérieusement, je trouve que ça tient la route, mais que ça fait partie des vagues qui viennent régulièrement baigner l'atmosphère musicale, des parfums d'aillleurs que l'on entend avec plaisir, puis qui les media multiplient et les marchands de disques creusent le filon en l'appauvrissant souvent. AUjourd'hui il pleut ça fait du bien, du coup j'ai enchainé avec Habib Koité et Bamada



ça y est le soleil revient

_________________
le bonheur c'est d'arriver à désirer ce qu'on a déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swinging.blog4ever.com
chantal
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 346
Date d'inscription : 21/12/2007

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mar 28 Oct 2008 - 0:39

c'est drôle j'ai l'impression que les deux danseuses vont sortir du cadre en face de moi Wink finalement l'auteur ce ce dessin ecoutait peut être cette musique le jour où il l'a créé.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le disque du jour   Mar 28 Oct 2008 - 9:06

... de quel dessin parles-tu Chantal ? Rolling Eyes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le disque du jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le disque du jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [INFO] Mise à jour pochette album
» Mise à jour du programme interne du lecteur SuperDrive 3.0
» Mise à jour 1.4 conseillée par la FNAC
» Enregistrement HD sur disque USB depuis une TV Philips
» décodeur TNT avec disque dur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Diem :: Musique :: Mosaïque-
Sauter vers: