ConnexionS'enregistrerAccueilPortailRechercherCalendrierFAQMembresGroupesGalerie
Derniers sujets
» Ce que tu écoutes en ce moment...
par Dominique D Mar 28 Mar 2017 - 16:01

» Le Grand Orchestre du Tricorne
par Dominique D Mer 11 Jan 2012 - 11:07

» Skip The Use
par Dominique D Mer 21 Déc 2011 - 10:00

» Flying Pooh
par Dominique D Mer 19 Oct 2011 - 6:18

» ALLAIN LEPREST
par chantal Sam 20 Aoû 2011 - 15:01

» Message pour tous
par Mimi Dim 29 Mai 2011 - 23:33

» The Strokes
par Mimi Mar 10 Mai 2011 - 1:19

» Louis Ville
par anfantin Sam 9 Avr 2011 - 22:40

» Sanseverino
par Mimi Ven 8 Avr 2011 - 0:10

» Courir les Rues
par Swinging Sam 26 Mar 2011 - 10:55

» Anglo Dinelo
par Mimi Ven 25 Mar 2011 - 6:46

» Genesis
par Mimi Dim 20 Mar 2011 - 23:48

Voir mes statistiques SG
*
Cliquez sur le logo SG pour consulter les statistiques du forum

Partagez | 
 

 "Les Nuits de Champagne"

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: "Les Nuits de Champagne"   Jeu 27 Oct 2005 - 22:18

Je vais un peu vous parler des Nuits de Champagne, je ne peux pas aller à tous les spectacles, et je vais commencer par une itw de quelqu'un que beaucoup d'entre vous aime...
L'invité d'honneur était M Jonasz et plusieurs artistes sont également venus, mais place à .....

"Cerino, une bête de scène et un culot gros comme ça"

Michel Jonasz a écrit de ses compositions qu'il avait "rarement reçu des chansons de cette finesse". Pendant des années, Christophe Cerino a écumé les scènes jazz avec son groupe. Aujourd'hui, il assure régulièrement les premières parties du "joueur de blues" avec ses propres titres. Ce soir, au théâtre de Champagne, il offre ses bijoux d'émotions pures et son énergie en première partie de Lucky Peterson.


- Vous avez assuré plusieurs fois les premières parties de M Jonasz et 2003 et 2005. Comment s'était passée la rencontre ?"C'est une longue histoire ! Je l'avais d'abord croisé à l'anniversaire d'Alain Goldstein, avec qui il avait fondé le groupe
King set. J'avais 22 23 ans. C'était juste avant l'armée et cet ami commun cherchait un interprète. J'avais fait une maquette, qu'Alain avait fait écouter à Michal Jonasz. Il était le seul à émettre une réserve. Il avait dit qu'il fallait prendre du temps pour voir ce qui me convenait le mieux."

- Dans un premier temps, il a presque brisé votre carrière ?" Absolument pas, il m'a rendu service. Je ne me sentais pas à l'aise dans ce répertoire. Il y avait un truc qui clochait. Au fond, ces textes d'un mec de 40 ans chantés par un jeune de 23, ça ne collait pas."

- Comment vous-êtes-vous retrouvé sur scène avec lui ?"Pendant 10 ans, j'ai tourné avec des standards jazz, du festival de Vienne à celui de Montreux, avec un groupe qui se nommait Sunny Band. Je n'arrivais alors pas à écrire en français. Finalement le déclic s'est fait mais les chansons sont restées longtemps dans un tiroir car je me sentais bien dans mon rôle d'interprète. Un jour, j'ai eu besoin du regard d'un pair."
Oui, je l'ai joué au culot. Alors qu'il se produisait pas loin de chez moi, j'ai laissé une maquette de mes compositions à l'ouvreuse avec un mot ressituant qui j'étais et lui demandant son avis. En me disant que le disque ne lui parviendrait jamais et que même s'il arrivait jusqu'à lui, il ne me répondrait pas.
Deux mois plus tard, alors que je rentrais d'un concert, j'ai reçu une lettre sublime dans laquelle Michal Jonasz m'informait qu'il se rendait disponible si je le souhaitais. C'est un homme d'un coeur et d'une disponibilité incroyables. Outre le pied que j'ai à faire ses premières parties, ce que j'apprécie c'est le rapport que nous entretenons. Il n'est pas devenu un intime, il reste mon parrain dans le métier, celui qui me donne du crédit auprès d'autres personnes."

- C'est donc à sa demande que vous vous retrouvez programmé sur les Nuits ?" Bizarrement, pas vraiment. C'est une personne du festival (Sandrine Bertramelli, ndlr) séduite en avril dernier par ma prestation en première partie de Jonasz au Casino de Paris, qui m'a proposé de faire partie de la programmation des Nuits de Champagne. J'aime d'ailleurs assez l'idée de me retrouver là alors qu'il n'est pas intervenu directement."

- Quand on vous voit sur scène, vous avez une aisance folle. C'est ce qui vous reste de l'aventure du Petit Prince ?
" Au départ, dans le dossier de presse, on a presque hésité à mentionner mon rôle de géographe dans cette comédie musicale. Je m'étais retrouvé au casting parce que mon agent connaissait le producteur et je ne suis pas client de ce genre de productions. Et puis, j'ai eu un véritable coup de coeur pour le metteur en scène. Finalement, j'ai eu la sensation d'avoir participé au spectacle musical le plus élégant, quelque chose de très fin et pas racoleur. Il est certain que cette expérience a marqué mon évolution mais mon meilleur souvenir concerne le travail de troupe. L'aisance scénique, ce sont plutôt les 800 dates que j'ai faites en quatre ans de café-concert qui me l'ont apportée. Et puis j'adore cela !"

-Que nous avez-vous concocté pour le concert de ce soir ?
" Quelque chose d'assez intimiste en guitare-voix."

A découvrir absolument !
Propos recueillis par A MONIOT

Je n'ai pas pris de place pour ce concert, car cela fait 2 déjà cette semaine, et je ne savais pas qu'il serait là. Et mes nuits sont courtes, et ce concert finit à 24h30...J'ai donc privilégié ceux de 20h30à 22h. Dommage!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cathy
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 450
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Jeu 27 Oct 2005 - 22:35

Merci Cicise ! C'est vraiment dommage que tu n'aies pas pu assiter à la prestation de Christophe .

"Je ne me sentais pas à l'aise dans ce répertoire. Il y avait un truc qui clochait. Au fond, ces textes d'un mec de 40 ans chantés par un jeune de 23, ça ne collait pas."

ça me fait penser à quelqu'un ... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 28 Oct 2005 - 13:51

Lucky PETERSON

Les nuits de champagne ont vibré aux rythmes du blues, par l'harmonica puis l'orgue pour deux performances d'anthologie.
Le natif de Buffalo, entouré d'un guitariste, d'un bassiste et d'un batteur, avait pris place à l'orgue et non à la six cordes, instrument qui a fait sa légende depuis Lucky Strikes en 1989 puis I'm ready et Beyond cool, après des débuts dès l'âge de...cinq ans .
Aux claviers, casquette en cuir de travers, veste aussi scintillante que le sourire, d'une énergie débordante, le quadragénaire a fait preuve d'ue belle proximité avec le public.
"Eh, c'est le blues !" a-t-il lancé à un spectateur qui se bouchait les oreilles. Pas question donc de mesure et de raison, et vive le son !
Démarrée, après une paisible première partie de Cérino, espoir de la chanson française, par un brillant solo de batterie, la prestation a varié entre gospel, jazz et blues des racines, fruit de la plus pure tradition américaine. La salle, qui aurait pu être une église, a ainsi vibré aux plus beaux et hauts accents d'un artiste complet par ses inspirations, et sa capacité à tutoyer l'excellence. (Il a enregistré un album de gosper avec Mavis Staples et un autre consacré aux chansons de Rolling Stones, a interprété Stevie Wonder comme Jimi Hendrix).
Rodolphe PETE
Lucky Peterson
------------------------------------------------------------
Biographie
A trois ans, Lucky Peterson donnait son premier concert. A cinq, il avait déjà enregistré son premier single produit par rien de moins que le légendaire Willie Dixon (l’âme du label Chess). Avant l’âge de six ans, il était apparu dans les principaux talk-shows de la télévision américaine… Fils d’un chanteur de blues propriétaire d’un club de Buffalo, le Governor’s Inn, Lucky a baigné dès la naissance dans la musique noire, bercé par les plus grandes voix du blues : Muddy Waters, Buddy Guy, Junior Wells, John Lee Hooker… qui venaient se produire chez son père au cœur du ghetto noir. Dès sa plus tendre enfance, leur musique a gagné son oreille dans l’appartement familial situé juste au-dessus de la scène. D’abord attiré par la batterie, il tombe amoureux de l’orgue Hammond, dont il est l’un des meilleurs spécialistes mais il maîtrise aussi la guitare et le piano (l’un de ses premiers albums s’intitulait d’ailleurs « Triple Play »). Sa polyvalence, son sens de l’arrangement et, bien sûr, ses talents de chanteur ne sont pas passés inaperçus. Engagé par Little Milton à l’âge de dix-sept ans, Lucky Peterson a non seulement côtoyé tout le Who’s Who du blues sur scène et en studio – de B.B. King à Bobby Bland en passant par James Cotton – mais également signé une belle série d’albums notamment sur le label Verve au début des années 1990. D’enfant prodige, il est devenu désormais l’une des valeurs sûres du genre, ayant à son actif un nombre impressionnant de tournées et de concerts. Si sa musique s’ouvre parfois, comme dans son dernier album en date chez Birdology (produit par Bill Laswell et le regretté Jean-François Deiber), aux influences des musiques cousines que sont le funk et le rock, Lucky Peterson porte en lui la tradition du blues qu’il a cœur de faire entendre au plus grand nombre avec une flamme intacte

----------------------------------------------------------
Sélection discographique
Lucky Peterson, « Triple Play », 1990, Alligator.
Lucky Peterson, « Im’ Ready », 1992, Verve.
Mavis Staples & Lucky Peterson, « Spirituals & Gospel, Dedicated to Mahalia Jackson », 1996, Verve.
Lucky Peterson, « Black Midnight Sun », 2003, Birdology.
James & Lucky Peterson, « If You Can’t Fix It », 2004, JSP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 28 Oct 2005 - 14:07

MILTEAU et JONASZ : blues, blues, blues !

Complices au fil de nombreuses tournées et amis de longue date, ils ont démontré leur sens commun du blues, devant 1670 spectateurs enthousiastes.
Entouré des quatre musiciens avec lesquels il a enregistré son dernier album ( guitare, basse, batterie, claviers) mister Swing a assuré un show bien rodé. Michel Jonasz a su créer une vraie complicité avec un public acquis d'avance.
Le terrain avait été bien préparé par l'harmoniciste Jean-Jacques Milteau, secondé par Manu Galvin à la guitare acoustique et Demi Evans au chant. "Le blues, c'est avant tout une musique chantée", expliquait en préambule le musicien. Rendant hommage à Ray Charles, le trio a offert un aller direct pour Memphis et la Nouvelle-Orléans. A plusieurs reprises, JJ Milteau, a fait ainsi oeuvre de passionné pédagogue, évoquant par exemple les conditions l'amenant à reprendre le superbe "Harvest monn" de Neil Young. Un titre apparemment éloigé de son univers mais sa version enrichit de belle manière cette ballade intemporelle comme le blues...
La musique selon l'harmoniciste, " c'est la maîtrise du temps, de même que la peinture est la maîtrise de la lumière". Une belle définition pour cette soirée pétillante.
Rodolphe PETE.

---------------------------------------------------------
Biographie de JJ MILTEAU,
"L’harmonica est un objet à rêver, c’est l’instrument du voyageur, de l’errant... Il génère un imaginaire qui va bien au-delà des possibilités qu’on lui prête."

J.J. Milteau est né à Paris, près de la Porte d’Italie, en 1950 dans une famille modeste. Les « rocking 60’s » lui offrent un choix cornélien, vite tranché, entre des études lénifiantes et le virus du voyage précaire ; le voici donc sur les routes d’Europe et d’Amérique. Il se procure un harmonica après avoir entendu quelques bluesmen obscurs, mais inspirés. L’instrument convient au voyageur et à l’autodidacte.

Trente cinq ans plus tard il n’a qu’à s’en féliciter ; le « ruine babines », dont la modestie teintée de sensualité permet de conserver la cheville mince et le cœur gros, lui a bien rendu son affection d’origine puisqu’il l’a conduit du Cercle Polaire Arctique jusqu’à l’Afrique du Sud, de Shanghaï à la Havane et même sur la scène de l’Opéra de Paris.

Sollicité à son plus grand étonnement par le gotha de la chanson française (Eddy Mitchell, Yves Montand, Jean-Jacques Goldman, Gabriel Yared, Barbara, Maxime Le Forestier...), il passe ses jeunes années à saupoudrer quelques centaines d’enregistrements de notes bleues (déjà !) mais chaudes. Malgré, ou à cause de son atypisme, il est victime pour son disque « Explorer » d’une Victoire de la Musique et de l’ovation, aussi impressionnante qu’inattendue, des publics de Michel Jonasz et d’Eddy Mitchell dont il assure les premières parties pédagogiques et véloces.

Initié à la musique par le Blues, il intègre à la sienne des influences colorées, souvenirs de voyages réels ou imaginés, des pubs d’Irlande aux fais-dodo de Louisiane, de la savane Zoulou au cinéma de quartier, de Juarez à Saint-Ouen... Il joue et parle avec humour et enthousiasme de l’instrument le plus quotidien, le plus intime, le plus populaire : l’harmonica.

Sur son récent album « Memphis », J.J. Milteau a choisi d’écrire des pages musicales originales en compagnie de créateurs actuels du blues comme Mighty Mo Rodgers, Little Milton ou Mighty Sam McClain, dans le légendaire studio Royal de Willie Mitchell, avec les meilleurs musiciens des équipes Stax et Hi. Le disque a été chaleureusement accueilli, tant par le public que les professionnels : Choc Jazzman, Indispensable Jazz Hot...

En 2002, le Grand Prix Jazz de la Sacem vient récompenser la carrière et le parcours professionnel de l’artiste et, en 2003, une Victoire de la Musique consacre « Memphis » meilleur album blues de l’année.

2003 verra la sortie de « Blue 3rd », album plus intimiste, enregistré à New York en compagnie de Gil Scott-Heron, Terry Callier, N’Dambi et le tubiste Howard Johnson.

Derrière sa virtuosité, J.J. Milteau cache une belle âme musicale ; dans l’univers de la musique noire, on appelle ça la « soul »...
Sebastian Danchin
------------------------------------------------------------

Discographie de JJ MILTEAU

"Blue 3rd"
Hommage du souffle à la blue note en compagnie de quelques artistes subtils mais véhéments: Gil Scott-Heron, Terry Callier, N’Dambi, Howard Johnson…

" Inspiration"
Au delà des styles et d’une quelconque hiérarchie, un recueil de 22 harmonicistes qui m’ont fait rêver et surtout m’ont donné envie de jouer. A venir: Inspiration 2...

" Memphis"
Toutes les musiques que j’aime… Memphis est définitivement le carrefour (crossroad?) du Blues, du Rock et de la Soul. Mon producteur et ami Sebastian Danchin m’a proposé ce pélerinage que je ne pouvais refuser. Big Time !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 28 Oct 2005 - 15:17

BAZBAZ L'éclectique

Un touche à tout, Camille BAZBAR, n'est jamais rassasié. Dans le courant des années 80, entre 15 et 25 ans, il crée le groupe Le Cri de la mouche, dont il était au clavier, mélange de funk et de rocK. Une période de sa vie qui lui a permis de vivre plein d'aventures différentes. Mais, comme tout dans sa vie, cette période ne durera qu'un temps. "Un groupe de rock, c'est une aventure qu'on vit à plusieurs. Quand le Cri de la mouche s'est disloqué, je ne voyais pas continuer tout seul."
Son envie de tout découvrir l'amène au milieu Hip-hop au début des années 90. Il rencontre Joey Starr. Durant la même période, ce fan de musique black s'immerge dans le reggae, part en tournée avec Les Satellites. Puis, l'envie d'écrire le prend : 1996 : Dubadelik 2000: Une envie de chien, deux premiers albums à tendante reggae qui ne rencontrent pas de succès. Il croit en sa bonne étoile, et il a raison. Le réalisateur, Pierre Salvadori tombe, lui, sous le charme de ce parolier en herbe et lui propose en 1997 de travailler sur la musique de son prochain film, Comme elle respire. Début d'une collaboration fructueuse. Les Marchands de sable en 2000 , Après vous en 2003, Bazbaz enchaîne les musiques des films de P Salvadori.
C'est P Salvadori qui lui fait rencontrer S Kiberlain, une de ses actrices. Cette dernière, demande au Camille de lui écrire des chansons, le jour où elle décide de changer de bord, de passer du cinéma à la musique. Et ces derniers jours, Camille montait sur la scène de Sandrine, à l'Européen à Paris, avant que Sandrine fasse la même chose au Bataclan, toujours à Paris.
Au Bataclan, Bazbaz chante son troisième album "Sur le bout de la langue" sorti il y a un an. L'éclectique du garçon lui apporte enfin le succès tant attendu. On retrouve plein de styles musicaux dans cet album, de quoi convenir à ses groupies : reggae, blues, musique tziganes, musiques latines. Cette diversité alliée au romantisme du bonhomme donnent des textes d'histoires d'amour. " C'est ce qui j'aime chanter en ce moment, les histoires de coeur des mecs."
Avec son look d'adolescent rebelle de 38 ans, une barbe ancestrale, des cheveux ébouriffés recouvert d'un béret à la française, Bazbaz sait plaire à un large panel de spectateurs et spectatrices. Accompagné d'un guitariste et d'un percussionniste , il vivra son concert, comme d'habitude, au feeling. "Si le contact passe bien avec le public, on devrait bien s'entendre".
Cédric ROGER VALLELIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 28 Oct 2005 - 22:19

SUSHEELA RAMAN

Son premier album, Salt Rain en 2001, offre à Suscheela Raman un succès unanime. Elle s'impose comme une des divas de la world music, auprès du public mais également de ses acolytes musiciens. Pour preuve, dès son premier album, un condensé de musique folk parfumée à l'indienne, ells s'entoure de Tony Allen, l'ancien batteur de Fela. En 2003, Love Trap, son deuxième album convainc moins. Elle revient cette année avec un troisième album, Music for Crocodiles, où elle fait appel à de jeunes musiciens indiens, étonnants par leur maîtrise des traditions du sud de L'Inde. Cette diva née à Londres de parents tamouls, est élevée en Australie.
Jusqu'à 14 ans, elle ne connaît rien de la musique pop, puisque dans la maison familiale de Sydney, seuls les sons indiens ont le droit de citer. Puis arrive l'invévitable crise d'ado. Billie Holiday, Prince, Jimi Hendrix atterrissent sur sa table de chevet. Elle découvre alors l'Inde, puis Londres, sa ville natale, et le quartier branché de Portobello. De ces voyages initiatiques de jeunesse, elle tire son inspiration.
Aujourd'hui, agée de 32 ans, elle sort son troisième album, Music for Crocodiles, début septembre. Un savoureux mélange d'ethno-pop envoûtant. Elle tombe sous le charme de Paris, jusqu'à chanter pour la première fois en français. Vincent Segal et Cyril Atel, musiciens de Bumcelo, Barmak Akram, un des paroliers de M (Matthieu Chedid), lui servent sur un plateau ses chansons sous la langue de Molière sur son dernier album.
Cédric ROGER VASSELIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 29 Oct 2005 - 22:25

WILLIAM SHELLER

J'ai adoré....
Il a donné le meilleur de lui-même . Il était accompagné par un quatuor à cordes. Comme je ne connais pas bien son univers, je vous copie cet article sur le journal local.

"Qualité": un autre terme qui sied fort bien à un artiste qui fête ses trente ans de chanson. "Pour débuter ce concert, une petite ouverture instrumentale. C'est Nicoletta qui m'avait conseillé de toujours commencé ainsi. C'est pratique, le public peut prendre le temps de regarder les musiciens, de constater que j'ai pris un coup de vieux, que je suis plus petit qu'à la télé", lancera-t-il d'emblée. Manière sympathique d'établir un contact chaleureux avec la salle.
Assis au piano, accompagné par une section de cordes, le remarquable Quatuor Stevens (trois violons et un violoncelle), William Sheller a revisité ces trentes années de sa carrière dont la richesse n'a d'égale que l'exigence. De chaque chanson ou presque il évoque la génèse, les circonstances qui l'ont amené à coucher les premiers mots sur un morceau de papier et les premières notes sur son piano. Ainsi "Cuir de Russie" est née de la découverte des années 20 dans un livre pris au hasard dans la bibliothèque d'une maison qu'il louait pour les vacances. Pour Nicolas, c'est autre chose, un souvenir d'enfance désagréable, celui de l'odeur du poireau qui s'échappait de chez Yvonne...
Des Filles de l'aurore aux Orgueilleuses (en hommage à Barbara) en passant par ses titres les plus populaires (une version "bricolée" du Cahier à spirales, Un homme heureux et Comme un vieux roci'n'roll lors des rappels), William Sheller a donné le meilleur de lui-même , enthousiasmant les connaisseurs, les mélomanes, aux anges lors des instrumentaux exécutés de mains de maître par le quatuor. Comme annoncé, Michel Jonasz était dans la salle et Sheller l'a salué avec un blues ( Un archet sur mes veines).
Jonasz et Sheller : deux représentants d'une chanson française encore pleine de vigueur au millieu d'un océan de marketing.
R LAURENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 29 Oct 2005 - 22:41

LES WRIGGLES

Cinq trentenaires bien déjantés en jogging rouge...Au départ, on se dit que leurs chansonnettes poil à gratter faço Tryo sont destinées aux 15 20 ans.
Les Wriggles , ça s'écoute surtout sur scène. C'est là que leurs satires plutôt bien vues prennent tout leur sens. Des chansons construites comme de véritables sketchs, en passant par une prise d'acide ou la triste vie de Bertrand, c'était sans compter sur la standing ovation réservée par le public.
Normal, c'est au conservatoire de la rue Blanche que ces cinq-là se sont rencontrés. Dix ans et trois albums plus tard, ils viennent de remplir le Zénith...et le théâtre de Champagne, archicomble pour l'occasion.
Un drôle de mélange, croisement improbable entre les Frères Jacques et Tryo, qui sait parfois se faire plus grave, évoquant la rupture, la déprime de jours de pluis ou l'homoparentalité.
Sans plus autant devenir sages.
A. MONIOT

------------------------------------------------------------
Sur leur site :

Une guitare. Cinq voix.
Des costumes rouges.
Du theâtre musical humoristique ?
De l'humour theâtral en chanson ?
De la chanson theâtralisee à l'humour ?
Les Wriggles ont tellement melange
les genres que plus personne ne s'y retrouve
et que toutle monde s'y reconnaît.

Ce sont des chants nullilistes,
des polyphonies punks, des raps
acoustiques, des contes pour enfants,
des ballades amoureuses.
Ce sont des personnages qui chantent
et des chanteurs qui jouent.

Violents, debiles,satiriques,absurdes,
poetiques, drôles et pathetiques.
Toujours rouges dans les costumes
et parfois noirs dans les propos,
les Wriggles font beaucoup de choses
et beaucoup de choses font les Wriggles.

Cinq comediens auteurs-compositeurs
issus de l'ecole de la rue Blanche
pour un spectacle burlesque musical sans decor.
Le cinquième depuis la creation de la compagnie
Quidam qu'ils fondèrent en 1994,
après diverses expériences dans le cirque,
le cinéma et le théâtre
-------------------------------------------------------
Discographie :


JUSTICE AVEC DES SAUCISSES
1er album enregistré en studio en octobre 1997

LES WRIGGLES PARTENT EN LIVE
2ème album enregistré à la CIGALE le 3 février 1999.

AH BAH OUAIS MAIS BON
3ème album enregistré en studio en juillet 2002
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 29 Oct 2005 - 22:56

TIKEN JAH FOKOLY

"Monsieur le Président, si vous aimez vote peuple, quittez le pouvoir". Le dernier album de Tiken s'appelle Coup de gueule.
Rebelle tranquille, griot de circonstance, Tiken né Moussa Doumbia le 23 juin 1968 à Odienné, ville du nord-ouest de la Côte d'Ivoire, est la nouvelle star du reggae africain et le successeur légitime d'Alpha Blondy. Il ne chante jamais à la gloire des puissants. Au contraire, il leur demande des comptes et contribue ainsi à dorer le blason des griots traditionnels africains.
Respecté dans toute l'Afrique de l'Ouest, ce grand et beau jeune homme est devenu au fil des temps, l'idole des "bramagos", jeunes laissés pour-compte des ghettos abidjanais de Youpougon, Abobo ou Adjane. "Mon but n'est ni de faire du mal, ni d'être méchant, mais de réveiller les gens."'
Le jeune chanteur mandingue, en dépit de la censure radiophonique et télévisuelle qui pèse sur ces chansons de l'autre côté de la Méditérranée, est capable de faire vibrer des stades archibondés avec son discours militant et humaniste porté par une douce rythmique reggae.

-----------------------------------------------------------
Biographie

Figure de la nouvelle scène reggae ivoirienne sur les traces du maître Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly est aussi un des porte-parole de la jeune génération de son pays face aux difficultés politiques.

Troisième enfant de la famille, Doumbia Moussa Fakoly naît le 23 juin 1968 à Odienné au Nord-Ouest de la Côte d'Ivoire. Issu de l'ethnie malinké, il est le descendant d'un chef guerrier, Fakoly Koumba Fakoly Daaba, et membre d'une famille de griots, ces dépositaires de la tradition orale contant Histoire et légendes d'un peuple, d'un pays, mais aussi l'histoire des familles. L'art des griots étant intimement mêlé à la musique, le futur Tiken développe sa passion mais ne la mettra pas à jour avant la mort de son père. Plus intéressé par la danse et la musique que par l'école, son père l'envoie dans un autre village, Gbéléban. C'est là qu'il découvre le reggae.

A 20 ans, il rencontre un guitariste ghanéen, Joffrey, avec lequel il enregistre une maquette. Mais déjà, le jeune Tiken préfère la scène. Il monte alors son premier groupe, Djelys, vers 1987, avec lequel il connaît un certain succès dans la région. De fil en aiguille, Djelys connaît la notoriété et fait en 92 la première partie de Solo Jah Gunt, autre star du reggae ivoirien.

L'année suivante, le groupe s'enrichit d'un guitariste français, Spank!.
Repéré par un tourneur travaillant pour Marlboro Music, Djelys a l'occasion de participer en 93 à un concours le Marlboro Rockin'. Ils arrivent quatrième sur deux cents ! Leur talent leur ouvre vite les portes des télévision et radio nationales où ils font un premier passage. Dans la foulée, ils enregistrent leur premier album qui porte le nom du groupe.

Auteur-compositeur, Tiken fait vite un malheur en Côte d'Ivoire. En 94, le groupe est en tournée et sort leur deuxième album "Missiri". A cette époque, les premières élections qui ont lieu après la mort de Houphouët Boigny (qui a régné en maître de 1960 à 1993 sur le pays) donnent lieu à de violentes manifestations. C'est là que Tiken Jah Fakoly écrit ses premiers titres sur la situation politique pour en dénoncer les excès. Il en tirera une grande popularité auprès de la jeunesse. Il est également invité dans quelques meetings politiques.

Le plus célèbre de ces titres, sorti en 1996, est "Mangercratie" qui le fait connaître dans toute l'Afrique de l'Ouest. Il y évoque la revendication des Africains de vouloir avant tout un régime (sans jeu de mots.) où l'on mange, et non des régimes politiques, des "craties" en tout genre, qui les privent de leurs droits y compris celui de manger, "le droit de tous à la soupe". Ce disque, en dépit de quelques censures de la part des médias officiels, reste classé pendant cinq mois en Côte d'Ivoire et est à la source de son immense succès - désormais en solo - à partir de 1997. Cette année-là, on le voit jouer dans des stades face à 20.000 personnes. Il est invité de tous les festivals ivoiriens.

Tout naturellement, l'Europe s'intéresse à lui, et en particulier Paris, carrefour des musiques du monde. Il y joue pour la première fois le 23 mars 98 sur la péniche Makara. A partir de ce jour, il est présent sur d'innombrables scènes parisiennes et provinciales. En mai, il est invité au Divan du Monde pour le concert Africa Live, un concert télévisé par Canal France Internationale en partenariat avec RFI. Puis le 12 juillet, jour de la finale de la Coupe du monde de football à Saint-Denis en banlieue parisienne, il est présent sur la scène du Forum du Monde au pied du Stade de France.

Il continue cependant ses tournées en Afrique où son succès ne se démentit pas. Cette année-là, il se déplace en particulier au Burkina Faso. En fin d'année, il participe au festival Musiques métisses et surtout, il fait la première partie du groupe de reggae français Sinsemilia les 4 et 5 décembre.
-----------------------------------------------------------
Discographie


COUP DE GUEULE
Album - 2004 Barclay (réf. )
Quelques titres :
Plus rien ne m'étonne Tonon d'Amérique

FRANÇAFRIQUE
Album - 2002 Barclay (réf. 731458961321)
Quelques titres :
Le pays va mal

COURS D'HISTOIRE
Album - 2000 Globe Music (réf. 437497)

MANGERCRATIE
Album - 1999 Blue silver (réf. 397074)
Quelques titres :
Mangercratie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Mar 1 Nov 2005 - 23:30

Un spectacle que je n'ai pas apprécié. J'en ai trouvé la raison dans le journal. J'en avais tellement marre, que je suis sortie avant la fin, laissant mes enfants écouter la suite.

RAPHAEL

J'aime bien Raphael, et bien que le spectacle soit debout, j'ai voulu me rendre compte, et je suis sortie déçue, pas par Raphael, mais vous allez comprendre pourquoi.

Il nous a expliqué que ses sources d'inspiration étaient la vie quotidienne, des personnages...et surtout les sentiments.
Il a chanté principalement les chansons de son troisième album, et aussi du second et quelques unes du premier. On a même eu droit à une chanson sans titre, qu'il venait de finir il y a une dizaine de jours.
Il est assez dynamique sur scène, mais je n'ai rien apprécié....
En voici la raison...
Dès le début, ses musiciens et lui ont balancé la sauce ! Toute la sauce, mais elle était vraiment pimentée...100 % pop-rock, très énergique, survitaminée...
Mais la sono.. Shit ..voici un extrait du journal...
" Dommage qu'à certains moments la sono n'ait pas tout à fait suivi. Résultat : un peu de soupe au menu. Et la voix de Raphael encore plus étrange qu'au naturel (genre :il chante du nez"). Le fait qu'il s'agissait là de la deuxième date seulement de la première grosse tournée du chanteur explique peut-être cela. Un problème de calage, en somme. "

En sortant, je me suis arrêtée, car j'entendais "Caravane", c'était nettement plus audible qu'à l'intérieur, et tellement agréable à entendre... Pour une fois que j'allais à un concert un peu rock, j'ai pensé : Raphael, j'achèterais ses disques mais il ne me verra plus à un de ses concerts. J'aurais dû écouter tout le concert dehors.

J'avais pensé que cela venait de l'espace Argence, mais je me suis déjà rendue à des concerts de Maurane, Aznavour, et je n'avais jamais de sonorisation si affreuse.
L'espace argence, est en fait une cour intérieure d'un ancien lycée de garçons aménagé en salle de spectacle.
Imaginez quatre batiments disposés en carré, et à l'intérieur une cour. La municipalité a gardé les bâtiments qui servent maintenant d'école de musique, et à aménagé un toit sur cette cour intérieure, et voici l' Espace Argence. L'idée est bonne et cet espace peut accueillir 2500 personnes. Tout est très bien aménagé.
Mais le son était tellement "encaissé" qu'il en était assourdissant. Je ne sais comment ont fait mes enfants pour rester jusqu'au bout. Je me suis motivée pour rester jusqu'au bout, et je suis partie 10mm avant la fin.

--------------------------------------------------------

Voilà la fin des Nuits de Champagne. Cela dure une semaine. Il n'y a pas grand chose dans notre ville , alors j'essaye d'aller à un plus grand nombre de concerts possible. Il y a beaucoup d'artistes que je ne connais absolument pas, mais comme je suis curieuse, je découvre. Il y avait aussi B Lavilliers, et le final avec Jonasz, mais c'était trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 6 Mai 2006 - 20:49

LES NUITS DE CHAMPAGNE 2006



Le lien du site bounce Mais il reste sur les évènements des années précédentes, par à jour les Troyens Wink http://www.nuitsdechampagne.com/projet/sommaire.html

Vous attendrez novembre pour les commentaires Razz Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 30 Juin 2006 - 22:22

Les prochaines Nuits de Champagne avec en invité d'honneur Benabar.

Bénabar, Delpech....
Delerme, Aubert, Thiéfaine...


Extrait de libération champagne

Ainsi Bénabar a-t-il invité son grand copain Eric Toulis ( Les Escrocs), Christophe Mali (ex-Trio), Les Joyeux Urbains et Renan Luce, des artistes à qui il avait envie de faire la courte échelle, et même Omar et Fred,"qui appartiennent à la même mouvance que lui".
Bénabar a également convié quelques complices : Vincent Delerm, qui avait enthousiasmé le théâtre de la Madeleine, il y a quelques éditions de cela, et les Têtes Raides, du très bon rock français.
Il y a aussi des prestigieux "ainés" : Jl Aubert, la très bonne surprise de cette programmation, un Aubert en pleine forme dont "on ne pouvait pas se priver"... comme Delerm" et puis l'inclassable HF Thiéfaine, dont "l'esprit de révolte et de revendication est intact".
Et c'est encore Bénabar qui a voulu JL Trintignant (poésie), Yura Buenaventura (salsa colombienne), Alexandre Tharaud (musique classique), Gianmaria Testa (blue-jazz) et Davy Sicard (funk-world), "des influences , des coups de coeur".
Michel Delpech a aussi mis son grain de sel en choisissant Clarika "une future grande" selon Jean Michel Boris.
R Laurent


J'en connais un qui va être content Y Razz wavey de revoir JL Aubert.
Il n'y a plus qu'à attendre les horaires de tous ces concerts ...
et de choisir.... bom bom


Dernière édition par le Ven 30 Juin 2006 - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 30 Juin 2006 - 23:18

CLARIKA une future grande selon M Delpech

Claire Keszei dite Clarika est une chanteuse française née le 3 février 1967 à Boulogne-Billancourt.
Sa mère est professeur de lettre, son père poète hongrois et réfugié politique. Après une enfance en Haute-Savoie elle monte à Paris et cherche sa voie, entre le théâtre et des études de lettres.

Elle rencontre le chanteur et musicien belge Jean-Jacques Nyssen, rencontre amoureuse et artistique, puisque ce dernier sera coauteur de tous ses albums. Clarika signe avec lui plusieurs maquettes envoyées aux maisons de disques.

François Hadji-Lazaro de la boîte de production indépendante Boucherie Productions la signe sur son nouveau label consacré à la chanson avec J'attendrai pas cent ans. Le titre Tu dors tout l'temps passe à la radio. Après quelques concerts au Sentier des Halles et au Lucernaire, elle perce grâce au festival des Francofolies de La Rochelle en juillet 1993. Les majors s’interessent alors à elle, avec notamment Sony qui lui propose un contrat.

En 1997, elle sort un deuxième album Ça s'peut pas, produit par Dominique Blanc-Francard, et prend de l’épaisseur. En dehors des circuits des grands médias, elle poursuit son parcours.

En 1998, elle reçoit au festival des Francofolies le prix Félix Leclerc du meilleur jeune auteur.

En 2001, elle enregistre La fille, tu sais, avec notamment la chanson Les garçons dans les vestiaires qui sera tournée en clip.

En 2005 après une tournée en première partie de Zazie, de juin à septembre, qui lui permet de toucher le grand public, elle sort Joker. Dans cet album, deux duos sont des reprises de morceaux plus anciens: L'océan des possibles avec Michel Jonasz - comme Clarika, d'origine hongroise - et Non, ça s'peut pas avec Bernard Lavilliers (elle est par ailleurs passée en première partie de concert de Bernard Lavilliers à l'automne 2005).

En 2006, Clarika passe en concert, notamment à Paris, à La Cigale en janvier, et à l'Olympia en octobre. Sur scène, outre ses propres morceaux elle reprend Une femme avec toi de Nicole Croisille et Antisocial du groupe Trust. Jean-Jacques Nyssen a écrit une nouvelle chanson dédiée à un Français de 22 ans disparu en Colombie depuis décembre 2003, l'étudiant Marc Beltra, à la demande de la famille de ce dernier. Clarika interprète en concert cette chanson, Marco.

Discographie

J'attendrai pas cent ans (1993) sur Chantons sous la truie
Ca s'peut pas (1997) sur Sony
La fille, tu sais (2001) sur Universal
Joker (2005) sur ULM/Universal

Son site officiel
http://www.clarika.net/


Pour écouter des extraits
[/b]

http://www.virginmega.fr/default.htm


Dernière édition par le Sam 1 Juil 2006 - 19:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 1 Juil 2006 - 19:42

ERIC TOULIS


Lu sur un site où vous pouvez également écouter un extrait musical :
http://www.paroles-et-musiques.net/Eric-Toulis.html

Et si la musique était le suprême refuge de l’humour ? Eric TOULIS fait très fort avec ce qui ne ressemble plus à un tour de chant, mais à un véritable spectacle visuel comique. Le grand prédicateur de la paresse des temps modernes, auteur de l’hymne « ASSEDIC » c’est lui. Acteur, chanteur, compositeur, un faux air de Coluche dans la voix et dans le geste, ce jeune homme s’autorise à parler de tout et même d’amour... Esprit libre, homme généreux, il n’a aucun interdit, traite de tout, le ton caustique, l’œil rigolard avec des paroles franchement originales. Un tour de chant absolument délicieux. Après quatre albums et dix années de tournées au sein du groupe Les Escrocs, Eric Toulis se produit désormais sous son nom propre avec un bouquet de nouvelles créations. Sur scène, il s’entoure cette fois d’un trio Jazz - Rémi Toulon au piano , Brahim Haiouani à la contrebasse et Robby Ménière à la batterie.


« Porte-voix, éclaireur de conscience, montreur du doigt et grande gueule attendrie, il est de cette race d’artistes nécessaires qui trouvent le bon angle pour soulever les problèmes du monde et les changer en confettis : une révolution joyeuse ! » (Christian Paccoud).




Sur un autre site :
http://www.chanson-francaise.net/v2/groupes_130.html
et deux autres extraits....


Il est né dans le grand chambardement de la fin des années 60.Dès le début de l'adolescence , il manifeste le goût et les dons de la musique , sous toutes ses formes actives.
C'est " sur le tas " qu'il en fait l'apprentissage. Du reggae au jazz manouche et à la java , il se nourrit de tout ce qui swingue , de tout ce qui pulse , Django Reinhardt , Bob Marley , Jo Privat , Louis Amstrong … et de chanson , avec Gainsbourg , et , plus tard , Brassens , sans oublier Boris Vian , dans sa diversité d'expression.

Il crée d'emblée des groupes qu'il anime , qu'il éparpille , qu'il retrouve toujours depuis l'origine : Nawak Orchestra , orchestre de jazz burlesque , et " Les Escrocs " , dont il est le chanteur , l'auteur et , le compositeur principal.
Avec Les Escrocs , il frôle , pour la première fois , le " gros tube " avec ASSEDIC , la chanson dite la plus immorale de l'année 94.

La fièvre de créer en toute liberté l'anime , et le pousse à multiplier les modes d'expression.
Il se jette à l'eau , solo , avec des chansons qu'il appelle ses " bêtises ". Il les classe par genres " les alimentaires " , les " faites-vous des amis " , les " qui-font-rire ". De la " Lucarne à blaireaux " à " La java du caniveau " , il traite les sujets de notre quotidien avec une verve rigolarde ou incisive d'une efficacité garantie.


Son site officiel :

http://www.toulis.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 1 Juil 2006 - 20:02

CHRISTOPHE MALI


« Je vous emmène », promet Christophe Mali, dix ans de scène dans les socquettes, un romantisme intègre, du bonheur en réserve.
Il nous entraîne en solo, ce militant de la bonne écologie, des herbes naturelles et de la démocratie participative, « revenu au piano » après avoir, depuis 1995, mené en quartet l’aventure Tryo, groupe de reggae français et « akoustik », millionnaire du disque.

Septembre 2004 : 80 000 spectateurs chantent en chœur avec Tryo – Numa, Guizmo, Mali, Daniel – à la Fête de l’Huma.
Octobre 2004 : Mali raccroche provisoirement sa guitare pour reprendre le cours de ses envies.

Au fil du temps et en marge du succès, il a composé des chansons à lui, intimes, hors d’atteinte du nouvel ordre économique mondial. Il échange le vertige des grandes scènes pour le défi d’une cave voûtée, celle du Connétable, une salle de la rue des Archives à Paris.
Passants et passionnés se retrouvent, un peu déroutés, face au Mali nouvelles normes, piano-voix, costume cravate. La confidence durera trois mois, tous les lundis à minuit.
Mali y présente ses chansons, d’amour, d’absence, des vues plongeantes vers des souvenirs de petit garçon, écrites avec légèreté, un art tout français que pratiquait déjà un certain monsieur Trenet.

Lire la suite sur ce site et pour écouter quelques extraits :
http://www.christophemali.com/


Sur un autre site pour écouter d'autres chansons :
http://musique.ados.fr/Christophe-Mali-art957.html

Biographie
De Christophe Mali, on connaît l’expérience « Tryo », 10 ans déjà d’une aventure entre reggae et spectacle de saltimbanques pour une bande de copains qui se sont rencontrés dans une MJC de banlieue, à Fresnes…

Christophe Mali, l’un des chanteurs et auteur-compositeurs du groupe, c’est aussi une personnalité originale, tendre et poétique, qui ne demande qu’à s’exprimer en solo. Que les fans se rassurent pour autant, Mali a prévenu, pas question pour lui d’abandonner Tryo et il est prêt à remettre ça « pour 10 ans encore » !

Auteur, compositeur, interprète, et surtout comédien, il commence à faire l’acteur dès l’âge de 14 ans. Il s’essaye aux cours et aux ateliers d’improvisation théâtrale (avec une certaine prédilection pour les rôles dans les pièces du répertoire russe) et fait partie de plusieurs troupes, dont celle de Firmin Gémier. Il écrit également des comédies musicales, ce qui sera le point de départ de sa rencontre avec ses potes de Tryo, Num et Guizmo, entre fans d’Alpha Blondy et de Bob Marley, on se comprend…

10 ans et 3 albums plus tard, Christophe Mali n’a pas totalement oublié la scène et il met en scène des spectacles, dont celui de Gérald Gentil, tout en composant des titres pour d’autres artistes aussi éloignés dans leur univers qu’Olivia Ruiz et Jean Guidoni.Son album solo, « Je vous emmène », sorti en mars 2006 est l’occasion pour Mali de faire partager des chansons plus personnelles et intimistes, interprétées à la guitare ou au piano, étoffées de cordes. Il affirme avoir composé dans la solitude, parfois dans la douleur, pour raconter ces petits morceaux d’une vie qui est peut-être un peu la sienne.

Son premier single s’appelle « Le premier amour », voilà un indice qui ne trompe pas !

Par Caroline
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 1 Juil 2006 - 20:36

LES JOYEUX URBAINS


Ils jouaient en 1995 dans les abribus de la banlieue des Yvelines dont ils sont originaires (comme Alexis HK), ils chanteront à Paris le 4 juin 2003 à La Cigale. Formé en 1994, le quatuor des Joyeux Urbains a égrené les bars et cafés-concerts et écumé les premières parties de nombreux groupes francophones de la vogue rock-musette-chansons-à-texte (Debout sur le Zinc depuis 1997, Les Têtes Raides en 1997, Pigalle et La Tordue en 1998, Les Orgues de Barback depuis 1999, Higelin en 2000 et enfin Les Wriggles depuis 2000 notamment à l’Olympia en 2001 et 2002). Programmés au printemps de Bourges de 1997 à 1999, ils chantent au Café de la danse en 2000, au Point Virgule en 2001 et enfin à La Cigale le 4 juin 2003. Coiffés de bérets franchouillards et pourvus de cravates ringardes, sous leurs allures de joyeux drilles, les Joyeux Urbains distillent un humour acidulé.

La suite sur le site

http://www.cyberscriptus.org/cyber37/joyeuxurbains.html

Pour écouter des extraits

http://www.joyeuxurbains.com/disques_cd1.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 1 Juil 2006 - 20:48

RENAN LUCE



Un site pour entendre quelques extraits
http://www.renanluce.fr/
et cliquez la flèche à côté de myspace...



Interview : Renan Luce par Frédéric R. Vignale
Renan Luce est un chanteur qui n’a pas encore d’album en vente, mais on peut d’ores et déjà parier sur son matricule musical sans prendre trop de risque. Rencontré par hasard devant l’Olympia (un signe ?) par l’entremise de Benoit Doremus, on ne pouvait pas passer à côté de ce jeune homme discret, charmant, élégant et talentueux. A écouter d’urgence, sa voix et ses textes le valent bien !!

La suite sur ce site

http://www.lemague.net/dyn/article.php3?id_article=1670

Un autre site où les nouvelles ont l'air plus récentes :

http://www.3ctour.com/renanluce.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Mer 30 Aoû 2006 - 14:31

LES NUITS DE CHAMPAGNE 2006

DU 29 octobre au 4 novembre 2006

BENABAR et MICHEL DELPECH

La volonté pour Bénabar comme pour Michel Delphech de célébrer cette veine de chanteurs néo-réalistes s'imposait comme une évidence, en acceuillant les interprêtes de cette tendance qu'ils affectionnent comme Christophe Mali (ex chanteur de Tryo), Eric Toulis (ex-chanteur des Escrocs), Lo'Jo
V Delerm, Joyeux Urbains, Renan Luce, ....
Et aussi Les têtes raides, JL Aubert, HF Thiéfaine, Gianmaria Testa, et le groude Assurd.
Et encore Alexandre Tharaud, Clarika, et Valérie Lagrange.

Pour tout savoir sur les Nuits de Champagne,
cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 3 Nov 2006 - 23:20

Je ne suis pas allée aux Nuits de Champagne, indecis mais je vous livre quelques commentaires.;;

LE SITE LES NUITS DE CHAMPAGNE
http://www.nuitsdechampagne.com/programme.php


TÊTES RAIDES, c'est de la dynamite !
Réf Libération Champagne.
Treize albums, 20 ans de scène...

Baigné par une lumière rouge sang rendeer , l'ouragan Têtes Raides est arrivé sur scène sous les éclairs de lumière. Les guitares, le batteur et le chanteur d'abord, suivis du clavier, des cuivres et du violoncelle, tous vêtus de noir, ont entamé le concert en jouant des extraits de leur dernier album, "Fragiles".
Des titres sans accordéon, comme"Je voudrais pas crever" suivi des "Oiseaux", joué avec l'accordéon celui-là, un grand classique, enregistré en 1992, et repris par la foule.
Etonnement calmé au départ, le public s'est peu à peu laissé transporter par un rock empli de rage, aux textes engagés, pleins d'humour, parfois totalement déjanté: "Va-t-en vieille putain" "A la mie de pain" "Sans pognon" " Y-a pas d'oignon".
"Les têtes raides" 20 ans de scène et pas une ride" confiait à juste titre un fan de la première heure, juste avant le début du spectacle
.


AUBERT fait revivre Téléphone...
Les nostalgiques de Téléphone ont été comblés. JL Aubert a offert un concert éléctric(cité) en reprenant deux heures durant les meilleurs tubes de son ancien groupe, devenus des classiques de notre patrimoine musical français.
Quelques 2800 personnes ont commencé à bouger sur les morceaux les plus rythmés, "Un autre monde" "New York avec toi" "Argent trop cher", chaleur dans les coeurs enfin lorsque quelques briquets se sont allumés au son des premières notes du "Jour s'est levé". Un concert mené tambour battant par un Aubert souriant et en super forme, entouré de musiciens non moins talentueux, et 'd'un batteur exceptionnel, qui n'ont pas hésité à s'attaquer aux Rolling Stones, en reprenant au millieu du concert "Jumping Jack flash, Start me up"... Pour le plus grand bonheur d'un public dynamique, qui connaît la plupart des chansons par coeur, et notamment la "Bombe humaire" reprise a capella
.


La bombe humaine
Je veux vous parler
de l'arme de demain
Enfantée du monde
elle en sera la fin
Je veux vous parler de moi,
de vous
Je vois a l'intérieur
Des images, des couleurs
Qui ne sont pas a moi
qui parfois me font peur
Sensations qui peuvent
me rendre fou
Nos sens sont nos fils
nous pauvres marionnettes
Nos sens sont le chemin
qui mène droit a nos têtes

La bombe humaine
tu la tiens dans ta main
Tu as l'détonateur
Juste a cote du cœur
La bombe humaine
c'est toi elle t'appartient
Si tu laisses quelqu'un
prendre en main ton destin
C'est la fin, la fin

Mon père ne dort plus
sans prendre ses calmants
Maman ne travaille plus
sans ses excitants
Quelqu'un leur vend
de quoi tenir le coup
Je suis un électron
bombarde de protons
Le rythme de la ville
C'est ça mon vrai patron
Je suis charge d'électricité
Si par malheur au cœur
de l'accélérateur
J'rencontre une particule
qui m'mette de sale humeur
Oh, faudrait pas que
j'me laisse aller
Faudrait pas que
j'me laisse aller, non

La bombe humaine,
tu la tiens dans ta main
Tu as l'détonateur
juste a cote du cœur
La bombe humaine,
c'est toi elle t'appartient
Si tu laisses quelqu'un
prendre en main ton destin
C'est la fin

Bombe humaine
c'est l'arme de demain
Bombe humaine
tu la tiens dans ta main
Bombe humaine
c'est toi elle t'appartient
Si tu laisse quelqu'un
prendre ce qui te tient
C'est la
fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mimi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3214
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Ven 3 Nov 2006 - 23:31

J'adore cette chanson de J-L Aubert... merci Cicise !

Les Têtes raides, je connaissais de nom, mais je ne les ai jamais entendu... faut que je vois ça ! scratch

Le rock semblait être à l'honneur on dirait... Rolling Eyes

Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 4 Nov 2006 - 21:15

Suite des articles sur Libération Champagne

Hubert-Félix Thiéfaine, Roch'n'Thiéfaine !
Cet artiste ne sera jamais reçu par M Drucker ..
Même s'il est devenu plus consensuel, Thiéfaine a de beaux restes. Hier soir, dans un théâtre de Champagne sans fauteuil et qui affichait presque complet, l'inclassable quinquagénaire n'a pas mis longtemps pour électriser un public venu pour en prendre plein les oreilles.

Un public qui a eu droit en première partie à Marie Cherrier. Très (trop ?) longue prestation pour cette révélation des Rencontres d'Astaffort remarquée par un producteur à 19 ans et qui depuis additionne les concerts. Sa voix n'est pas sans rappeler celle de Vanessa Paradis (ou celle d'une récente "découverte" de la Star'ac, confiait une connaisseuse...)
Au fil des titres, elle raconte des "petites histoires". Bref, rien d'extraordinaire.
Heureusement Thiéfaine a vite ramené la salle à une réalité un peu plus exhaltante, donnant à ces 19iè nuits qui s'achèvent une forme d'apothéose rock avant que les choristes n'aient bien sûr le dernier mot.
R. LAURENT


En lisant cet article, je me rends compte que les critiques ou journalistes musicologues n'apprécient pas trop les découvertes de la Starac...
Il faut vraiment que ces jeunes arrivent à trouver leur monde pour que l'on s'intéresse à eux, comme Olivia Ruiz qui devrait venir cette année au Théâtre de Champagne. Je vais peut-être y aller, même si je n'apprécie pas trop sa voix, j'aime assez son personnage, son entêtement, son chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 4 Nov 2006 - 21:34

Pas que du rock....

Les Joyeux Urbains, une bande de furieux poètes de la rime et du rire !
Deux jeunes auteurs au grand talent seront suivis par le dispositif d'Astaffort pour quelques premières partie encore :l
Julie Rousseau, et Samuel Goldozmidt.

C'est sur une scène très épurée de décors et d'instruments que surgirent les quatre joyeux lurons "Au bord de la gloire", à l'instar de leur dernier album en date. Tous vêtus de noir, chaussures lustrées et bandeaux dans les crinières indomptables, les quatre musiciens-comédiens étaient presque méconnaissables. Trois guitares sèches, donc un ukulélé, et un cajon, percussion espagnole pour tout bagage.
C'est une nouvelle mise en scène superlight et mise en musique acoustique qu'ont adopté les furieux poètes de la rime et du rire, selons les conseils d'un membre des Wriggles, groupe assez délirant lui aussi.
Les premiers textes semblent plus doux ou plus sages. Le scratch pour la p'tire zoulette du centre commercial, contre les différences ou "le temps perdu nous s'ra-t-il rendu ?" restent posés. Mais très vite, l'évocation nostalgique d'une histoire d'enfants dans les années 80, d'un schizophrène qui perd ses personnages ou de la célébrité des voisins aux noms étrangement proches de stars "mais pas vraiment", tournent au délire.
S'en suivent des chansonnettes sur la police ou sur l'amour, ni tendres, ni crues, avec aussi l'hommage à Dassin et son "Quand l'amour, ce rat mort..." . Des mélodies plus riches de flamencos ou d'accroches gitanes soutinrent des rimes incisives et délurées, tandis qu'un sylophone rajoutait parfois une touche légère aux morceaux.
lL DAPREMONT


Si vous voulez des renseignements sur le CAJON
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cajon

et les Ukulélés
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ukul%C3%A9l%C3%A9

J'avais fait une recherche sur ce groupe dans ce même paragraphe quelques articles plus haut...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Sam 4 Nov 2006 - 21:45

Toujours sur Libération Champagne

Delerm joue avec les mots...

Une première partie avec Barbara Carlotti, "l'autre Barbara" comme ont pu l'écrire certains, que revenait le délicat honneur de faire passer un permier bon moment de chansons à la salle, et elle s'en est acquittée avec un remarquable talent.
Une découverte signée M Delpech, c'est d'abord une voix magnifique, suave et chaude. Ce sont aussi des chansons plein d'inspiration.

On ne se fait pas de soucis non plus pour V Delerm. Il en agace beaucoup, mais ils demeurent nombreux, ceux qui apprécient ses mots plus que jamais en phase avec "les choses de la vie".
Des chansons incontournables comme "Fanny Ardent et moi" mais aussi la plupart des titres de son dernier album, "Les piqûres d'araignée".
La meilleure est peut-être "Sépia plein les doigts", un pur manifeste "bobocrate" contre la nostalgie, le '"c'était mieux avant" et le supposé "maréchalisme" qui se cache dessous.

Artiste: Vincent Delerm
Chanson: Sépia Plein Les Doigts

Tiens tiens, les pensionnats
Les chanteurs à croix bois, les taloches, les coups d'trique, la 3e République

Tiens tiens, les belles images,
Les enfants du marécage,
le vrai goût des vrais fruits dans une vraie épicerie

Tiens ça r'part en arrière,
noir et blanc sur posters.
Maréchal nous voilà!
Du sépia plein les doigts
A quoi elle pense en s'endormant,
cette jolie France,
confiture Bonne Maman.
Elle pense pense pareil, pareil qu'hier
Avant Simone Veil, avant Badanter.

Tiens tiens,
on respirait du jasmin du muguet
et l'air à plein poumons dans les mines de charbon.
Les chansons d'avant guerre, ça on savait les faire
Viens, coucou les pépéttes alors on s'fait pouet pouet.

Tiens ça r'part à l'envers,
porte plume d'écolière.
Maréchal nous voilà!
Du sépia plein les doigts
A quoi elle pense en s'endormant,
cette jolie France,
confiture Bonne Maman.
Elle pense pense pareil, pareil qu'hier
Avant Simone Veil, avant Badanter.

Tiens tiens (X3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie
**
avatar

Nombre de messages : 2466
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Dim 5 Nov 2006 - 12:22

Je connais pas du tout V. Delerme...j'en lis beaucoup de bien un peu partout...faut que j'approfondisse..lol.. Wink

...les Têtes raides..je connais aussi...mais que de nom... indecis

Marie-Claude
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/marieclaude53
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   Dim 5 Nov 2006 - 13:36

Je n'aime pas trop écouter V Delerm chanter, je m'ennuie un peu... c'est sa voix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Les Nuits de Champagne"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Les Nuits de Champagne"
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cours Champagne Tango à PAU
» Avis de marché - DRAC Champagne Ardenne - Retable, panneaux peints, sculpture
» Le magasin Harmony- Châlons-en-champagne
» Les Nuits de Musset
» Nuits Sonores 2010 | 12-16.05.10 | Lyon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Diem :: Musique :: Concerts, Festivals, Emissions musicales-
Sauter vers: