ConnexionS'enregistrerAccueilPortailRechercherCalendrierFAQMembresGroupesGalerie
Derniers sujets
» Ce que tu écoutes en ce moment...
par Dominique D Mar 28 Mar 2017 - 16:01

» Le Grand Orchestre du Tricorne
par Dominique D Mer 11 Jan 2012 - 11:07

» Skip The Use
par Dominique D Mer 21 Déc 2011 - 10:00

» Flying Pooh
par Dominique D Mer 19 Oct 2011 - 6:18

» ALLAIN LEPREST
par chantal Sam 20 Aoû 2011 - 15:01

» Message pour tous
par Mimi Dim 29 Mai 2011 - 23:33

» The Strokes
par Mimi Mar 10 Mai 2011 - 1:19

» Louis Ville
par anfantin Sam 9 Avr 2011 - 22:40

» Sanseverino
par Mimi Ven 8 Avr 2011 - 0:10

» Courir les Rues
par Swinging Sam 26 Mar 2011 - 10:55

» Anglo Dinelo
par Mimi Ven 25 Mar 2011 - 6:46

» Genesis
par Mimi Dim 20 Mar 2011 - 23:48

Voir mes statistiques SG
*
Cliquez sur le logo SG pour consulter les statistiques du forum

Partagez | 
 

 Anis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Britanya
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3387
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Anis   Lun 10 Avr 2006 - 16:04

non non, vous ne vous êtes pas trompés...c'est bien Anis...il devait passer avec Anaïs...ils ont dû confondre et donc, inviter les deux pour le prix d'un (10,50 euros)...rhooo, c'est de l'humour!...je vous promets, je ne ferai plus Sad .... talentueux tous les deux mais comme je ne connaissais pas Anis et que je me suis sentie frustrée (oui oui, c'est le bon mot) j'ai fait des recherches...

Dès que vous avez une petite heure à passer devant le pc, je vous laisse découvrir le cheminement de ce jeune homme....

Le compagnon

Anis signifie « le compagnon », en arabe littéraire.

De cette langue, Anis a gardé le goût des mots, grâce à son père, révolutionnaire marocain, réfugié en
France et médecin de campagne dans le Vexin français (Val d’Oise). Le goût des autres et de la société
lui viennent de sa mère, émigrée russe de la deuxième génération, et assistante sociale dans les cités.

Né en 1977 à Pontoise, dans le 9-5, Anis a grandi en écoutant Tom Waits, les vieux bluesmen Bo Diddley
et John Lee Hooker (Boogie Man), Billie Holiday, et aussi Edith Piaf, et Colette Magny : « Elles ont apporté
le blues en France, elles sont super rock n ‘roll ces dames-là ! » . Plus tard, à Cergy, il est fasciné par les
rappeurs et rêve de faire des batailles de MC.

« J’ai pris conscience de ma voix à l’age de 5/6 ans. À l’école, on nous faisait faire du chant choral,
j’aimais l’harmonie des voix, je ressentais un bien être physique à chanter en chœur. »

Anis quitte l’école à 17 ans, prend quelques cours de piano au CIM, avec option saxo, apprend la guitare
en autodidacte, et joue dans divers groupes de Cergy (hip hop, reggae, punk).
« La scène, c’est l’endroit où j’ai le droit de frimer, d’avoir tous les excès, d’être mégalo, ce que je ne
peux pas être dans la vie…( Sinon je serais un c…) ».

Anis est lucide, malgré le milieu confortable dans lequel il a grandi, il aurait pu mal tourner.

Le métro

Anis débarque à Paris, habite dans une chambre de bonne, et devient intérimaire, « intérimeure »
comme il dit. Il fait tous les métiers en « eur », serveur, plongeur, déménageur… Puis en découvrant
un plan du métro, décide de faire le « busker », (saltimbanque en Anglais). Il prend sa guitare et chante
dans le métro comme on va au boulot : « Cela m’a permis de me revaloriser. Un jour, un mec en costume,
un libéral, avec sa mallette, m’a fait un chèque de 1000Frs ». Plus question alors de faire marche arrière.
Dans le métro, il voit les affiches : « Tété se présente à l’Elysée Montmartre ». « J’aimais beaucoup ce gars-là,
ça me faisait envie, je voulais faire comme lui ».

Dans le métro, Anis est repéré. On lui propose d’enregistrer une maquette. À l’automne 2003, la maquette
circule et les chansons passent en radio. ( La maquette circule et arrive dans les couloirs de France inter,
les émissions et la programmation l’adoptent illico). Il fera la première partie de Tété à l’Olympia en Mai
2004… Fort de cette carte de visite, Anis part à l’assaut des maisons de disque.


Le studio

Un après-midi de Mai 2005, le rêve se réalise. Anis est au studio Gang à Paris. Studio mythique où
les murs sont décorés des disques d’or de Michel Berger, Véronique Sanson, et aussi Teri Moïse et Tété…
« Les disques d’or, ça me fait tripper ! » Anis y enregistre son premier album. Mitch Olivier est à la
console et dirige les séances. Il a travaillé avec Bashung, Rita Mitsouko, et aussi dans le hip-hop, il a
tout de suite compris l’univers d’Anis : « Entre nous c’était comme chat et chat ! J’ai voulu conserver
le côté minimaliste pour qu’on retrouve Anis, et lorsque j’écoute l’album, je vois sa tête ! » dit-il.

Mitch a fait le casting, il a appelé les musiciens comme on commande une pizza : André Villéger à la
clarinette, Jean-claude Ghrenassia à la contrebasse, Le Baron à la guitare, Roland Romanelli à
l’accordéon, Monique Pierrot à l’onde Martenot et une section rythmique solide …

Entre deux prises de voix, Anis, le crooner, boit du lait : «Parce que le lait adoucit la voix, contrairement
au miel qui l’engourdit et qui n’agit vraiment que quelques heures après. »

Avec le vent

Anis raconte son histoire en 13 chansons. L’album est chaloupé, dansant, mélancolique. Tout l’univers
d’Anis est dans ce disque : clarinette et piano-bastringue pour la nostalgie, harmonica frénétique
et guitares nerveuses pour souligner ses formules lapidaires, et des chœurs gospels pour flatter
son côté crooner, car Anis pratique aussi bien l’autodérision que l’autobiographie, avec des clins d’œil
permanents au blues :

« Il n’y a pas de blues pur et dur dans mon album, mais mon rêve est de m’en approcher. Je ressens le
blues dans mon âme. Quand je vois à la TV des reportages sur les femmes algériennes, je pleure, et je
pense à l’histoire de nos parents, même si je n’écris pas directement sur ces sujets. Le blues, c’est
l’histoire des noirs aux Etats-unis, et c’est aussi un peu la nôtre, l’histoire des émigrés et des enfants
d’émigrés. C’est une musique de lutte pour l’existence. Par mes origines, je suis né avec le spleen que
mes parents m’ont transmis. »

À la fois, timide, et désinvolte, Anis, le compagnon, est arrivé avec le vent. Avec le vent, toutes les
cultures finissent par se mélanger.

Avec le vent, tous les petits papiers sur lesquels il a écrit des bouts de phrases depuis des années ont fini
par faire des chansons. Titi parisien, « rebeu » d’ici, Anis, le compagnon, pense toujours aux bars du 18
ème arrondissement de Paris, au métro, à la solidarité, au soleil de la butte, et il a toujours le vent comme
complice…

Cet article est extrait de son site et je vous laisse découvrir son répertoire...je ne le connaissais pas et je n'ai pas son album...c'est ce que j'aurais dû entendre...
Il sera au Printemps de Bourges, fin avril et au Bataclan début mai


Pour écouter:
http://perso.wanadoo.fr/tchadhouse/album.html

Bonne semaine et bonne écoute rasleb

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 353
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Anis   Sam 15 Avr 2006 - 21:03

Dans le Sud , l 'Anis a une saveur particuliére , et est un compagnon très présent lol sutout l 'été ......

Quant à l' Anis en question bonne musique , ça change de ce que j 'écoute ..

cool Brit cette découverte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Anis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vinyle coloris taupe et vert anis
» Joueux anniversaire anis redouane
» Biscuits à l'anis et à la cannelle
» Braisé de boeuf à l'anis étoilé
» Muffins babeurre,anis et poire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Diem :: Musique :: Chanteurs à texte-
Sauter vers: