ConnexionS'enregistrerAccueilPortailRechercherCalendrierFAQMembresGroupesGalerie
Derniers sujets
» Ce que tu écoutes en ce moment...
par Dominique D Mar 28 Mar 2017 - 16:01

» Le Grand Orchestre du Tricorne
par Dominique D Mer 11 Jan 2012 - 11:07

» Skip The Use
par Dominique D Mer 21 Déc 2011 - 10:00

» Flying Pooh
par Dominique D Mer 19 Oct 2011 - 6:18

» ALLAIN LEPREST
par chantal Sam 20 Aoû 2011 - 15:01

» Message pour tous
par Mimi Dim 29 Mai 2011 - 23:33

» The Strokes
par Mimi Mar 10 Mai 2011 - 1:19

» Louis Ville
par anfantin Sam 9 Avr 2011 - 22:40

» Sanseverino
par Mimi Ven 8 Avr 2011 - 0:10

» Courir les Rues
par Swinging Sam 26 Mar 2011 - 10:55

» Anglo Dinelo
par Mimi Ven 25 Mar 2011 - 6:46

» Genesis
par Mimi Dim 20 Mar 2011 - 23:48

Voir mes statistiques SG
*
Cliquez sur le logo SG pour consulter les statistiques du forum

Partagez | 
 

 Axel BAUER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cicise
*


Nombre de messages : 1879
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Axel BAUER   Mer 14 Juin 2006 - 22:33

Cela faisait longtemps que je n'avais pas entendu parler de lui...
Il a été interviewé par Daniel Schick .......
**********
****Axel BAUER, pour son album "Bad cowboy".

Parti enregistrer en Irlande il s’est entouré de:
-Daniel Presley à la réalisation (Cali, Luke, Faith no more, Breeders)
-Geoff Dugmore à la batterie (Killing Joke, Robbie Williams, Waterboys)
-Frank Pilant à la guitare (Aston Villa)
-Gabriel Barry à la basse
Les textes sont signés Axel Bauer, Ilhem Kadid, Fred Franchitti (Aston villa), Kemar (No One is Innocent) et Pierre-Yves Lebert (pour « Tu me Tues »).
Les compositions sont signées Bauer et du groupe excepté « Tu me Tues » composé par Philippe Uminsky.




Biographie
Axel Bauer naît le 7 avril 1961 à Paris. Il grandit dans une famille de musiciens où se croisent concertiste classique (sa tante) ou jazzman (son père). Ce dernier, ancien batteur de Django Reinhardt, a longtemps fréquenté la crème du jazz. Axel se forge donc très jeune une culture musicale solide et à dominante anglo-saxonne.

Enfant, il essaie le piano mais sans grande passion. C'est plutôt la guitare qui très vite l'attire. A l'adolescence, il fréquente les boîtes rock de la capitale plus assidûment que le lycée bien qu'il monte un groupe avec des copains, les Nightsbirds. Il décroche cependant le bac en 1979 et s'inscrit dans une école d'art pour développer son autre passion, le dessin.

Mais la musique est la plus forte et à la fin des années 70, le jeune homme s'achète sa première guitare qu'il échange contre une autre lors d'un voyage en Afrique. Il se retrouve ainsi avec une magnifique Stratocaster qui va lui porter chance.

Au tout début des années 80, Axel rencontre Michel Eli, un parolier qui dirige aussi le label Mondiomusic chez Vogue, et avec lequel il va écrire quelques titres. Il en suffira d'un seul pour réussir. En 1983, alors que le paysage musical français s'appuie de plus en plus sur des vidéos clips, Axel Bauer apparaît sur les écrans en clone de Querelle de Brest, casquette, polo sexy, bretelles, élégance façon années 80, dans un clip de Jean-Baptiste Mondino. Déjà, ce grand nom de la photo et du clip attire l'attention des professionnels mais c'est le titre, "Cargo de nuit", qui frappe le grand public. Triomphe ! L'ambiance transpiration de marin et port mal famé fait un carton. Pendant des mois, toute la France chante "Trente-cinq jours sans voir la terre / Pull rayé, mal rasé", les inoubliables premiers mos du texte.

700.000 copies s'écoulent. Le jeune homme sombre dans la célébrité aussi soudaine que brutale en quelques semaines. Difficile pour un artiste jeune et sans guère d'expérience de gérer cet état de fait avec flegme. De plus, assimilé à un produit marketing plus qu'à un auteur-compositeur à part entière, Axel Bauer et son look sont parfois plus sujet de moquerie que de respect. Il tente cependant de sortir un deuxième titre ("Phantasmes", 200.000 exemplaires) puis un troisième ("Jessy", 60.000) et très vite connaît le revers de la médaille. Sa maison de disques, Vogue, fait faillite. Le métier lui tourne le dos. Axel Bauer se sent alors l'envie, voir le besoin, de quitter la France.

Nous sommes en 87. Axel s'est installé à Londres où il réussit à séduire le prestigieux label EMI qui lui offre une signature exceptionnelle puisque jusque-là, aucun Français n'a eu l'honneur de travailler sur le label des Beatles. Il fréquente alors beaucoup la scène anglaise, sort péniblement un tout premier album vaguement techno, "les Nouveaux seigneurs", cinq ans après son premier 45 tours. Le succès est proche du zéro : 20.000 ventes seulement !

On reparle de lui en France, mais toujours à travers "Cargo" qui désormais, conditionne son image et son parcours.C'est ainsi qu'à son retour en France en 89, Jean-Louis Aubert, ex-leader de Téléphone, l'invite à travailler avec lui sur l'album "Bleu Blanc Vert". Axel Bauer partage ainsi deux duos avec Aubert.

Le jeune chanteur, désormais trentenaire, se rend compte qu'il n'est pas oublié en France. En 1990, il sort un album considéré par beaucoup comme son premier, "Sentinelles". Ce disque, il ne n'écrit pas en solitaire mais avec de grands noms de la chanson dont l'auteur Boris Bergman, Catherine Ringer, chanteuse des Rita Mitsouko, Jean-Louis Aubert et Christine Lidon. Le résultat donne un ensemble qui colle plus à la personnalité du chanteur, riffs rock et énergie romantique. Le succès médiatique est moyen mais après deux singles sans succès, "Metamorphosis" et "Maria", un tube surgit du lot, écrit et composé par Bauer seul. C'est "Eteins la lumière", magnifique titre électrique et mélodique. On découvre alors un Axel Bauer authentique, talentueux, loin du personnage construit autour de "Cargo".

Mais il repart en 2001 et se pose à Paris le 23 janvier sur la scène de La Scène, un bar-restaurant dans le quartier de la Bastille, salle qu'il retrouve pour trois jours en mai.

Au début de l'été, le duo avec Zazie "A ma place" devient un tube (6ème au Top single en juin) ce qui fait renouer Axel Bauer avec le succès public. On comptabilise quelques 400.000 exemplaires vendus de ce simple à l'automne.
En Janvier 2002, le titre "A ma place" reçoit le NRJ Music Award de la Meilleure chanson francophone de l'année. Il participe quelques jours plus tard aux concerts des Enfoirés au profit des Restaurants du Cœur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Axel BAUER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Axel Bauer - Celle qui m'arrive
» Bauer Meerschaum Magnum, évolution et technique de coloration.
» 24H - JACK BAUER & DAVID PALMER
» Axel... di Rivombrosa
» Le Mercenaire (Axel Kilgore)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Diem :: Musique :: Pop-Rock-
Sauter vers: